Bientôt, il ne sera plus possible de parler de minorités ethniques aux États-Unis. C’est du moins ce que semblent nous révéler les données du dernier recensement de 2010 qui projettent que, d’ici la fin de cette décennie, aucun groupe ethnique ne sera majoritaire parmi les enfants de moins de 18 ans.

La population américaine se diversifie encore plus rapidement que prévu. On estime maintenant que d’ici 2018, les enfants issus de ce qu’on appelle, peut-être à tort, les minorités ethniques, dépasseront les enfants blancs. On prédit également que d’ici 2043, il n’existera plus de groupe majoritaire aux États-Unis.

Selon les statistiques, le taux de blancs va chuter de 20,6 millions d’ici 2060. En revanche, la population hispanique devrait plus que doubler d’ici cette date pour passer de 53,3 millions maintenant, à 128,8 millions en 2060. La population de race noire aux États-Unis devrait également augmenter, passant de 41,2 millions maintenant, à 61,8 millions. Enfin la population d’origine asiatique qui se chiffre aujourd’hui à 15,9 millions, devrait également doubler d’ici 2060 pour passer à 34,4 millions.

Quelles autres tendances se dessinent au sein de la population des États-Unis?

Elle devrait atteindre les 400 millions d’ici 2051, soit 12 ans plus tard que ce qu’on avait prédit précédemment, ce qui révèle un ralentissement dans la croissance démographique du pays. On s’attend à ce qu’il y ait moins de naissances et moins d’immigrants au pays dans les prochaines années.

D’ici 2060, une personne sur cinq sera âgée de 65 ans ou plus. En revanche, la population active âgée entre 18 et 64 ans devrait être réduite, passant de 62,7% aujourd’hui pour atteindre les 56,9% d’ici 2060, ce qui représente un défi économique de taille pour les États-Unis.

En 2056, pour la première fois dans l’histoire des États-Unis, on s’attend à ce qu’il y ait davantage de gens âgés de 65 ans et plus, que de gens de 18 ans et moins.

Si la tendance se maintient, les États-Unis deviendront cette nation plurielle (a plurality nation) un peu plus rapidement que ce qu’on avait prédit.

Aussi dans Un oeil sur le monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!