R. Michael Stuckey

Les États-Unis ont marqué un tournant dans leur histoire avec les dernières données du recensement rendues publiques cette semaine. Les Américains blancs ne constituent plus la majorité des naissances aux États-Unis pour la première fois depuis leur fondation. L’immigration accrue des dernières trois décennies a favorisé la venue de jeunes immigrants latino-américains, qui ont tendance à avoir davantage d’enfants que les blancs non latinos, et a contribué à faire pencher la balance en faveur des minorités ethniques.

Les États-Unis se retrouvent donc maintenant avec une population jeune beaucoup plus diversifiée que celle plus âgée et majoritairement blanche. Au cours de la dernière décennie, les minorités ethniques étaient responsables de 92% de la croissance démographique du pays. Ce qui a provoqué un énorme schisme entre les générations. Par exemple en Arizona, dans le comté de Yuma, seulement 18% des moins de 18 ans sont blancs alors qu’ils représentent 73% de la population des 65 ans et plus.

Bien qu’on s’y attendait depuis déjà plusieurs années, cette réalité pourrait avoir des conséquences énormes sur la politique, l’économie et l’identité américaine. C’est d’ailleurs dans le secteur de l’éducation que les dirigeants devront se retrousser les manches s’ils veulent réellement faire face à cette nouvelle donne démographique. Selon les chiffres publiés, seulement 18% des Afro-Américains et 13% des Latino-Américains détiennent un diplôme d’études collégiales ou universitaires, contre 31% des Blancs.

Ces chiffres sont d’autant plus troublants que ces jeunes Américains auront bientôt à s’occuper des baby-boomers qui approchent l’âge de la retraite, en plus de porter le fardeau de la dette du pays. Certains analystes affirment que le gouvernement semblait particulièrement lent à répondre à ces nouvelles tendances démographiques en investissant davantage dans l’éducation. Ils estiment que l’éducation des jeunes des minorités ethniques est d’une importance capitale pour le futur et l’économie du pays.

Bien que ces changements démographiques représentent un défi pour les politiciens qui devront enfin faire face au problème d’éducation du pays, il est à rappeler que l’immigration accrut aux États-Unis en fait aussi la force. Des experts soulignent que dans les pays européens à faible taux d’immigration, la jeune génération n’arrive pas à soutenir celle plus âgée et plus nombreuse, exacerbant ainsi les problèmes économiques de ces sociétés.

Aussi dans Un oeil sur le monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!