Journal Métro

Souhaits technos pour 2018

Young woman using cell phone to send text message on social network at night. Closeup of hands with computer laptop in background

Est-ce que l’industrie 
techno apprendra 
de ses erreurs des dernières années? Des déboires de Facebook aux attaques informatiques mondiales, en passant par les iPhone qui ralentissent avec le temps, 2017 n’a pas été une année rose pour les nouvelles technologies. Voici cinq souhaits, pas toujours réalistes, qui permettraient d’améliorer les choses.

Des algorithmes 
socialement responsables
Avec l’omniprésence de Facebook et de YouTube dans nos vies, les algorithmes – ces codes informatiques qui dictent, par exemple, l’ordre d’affichage des actualités dans le fil Facebook – décident de plus en plus du contenu qu’on consomme et, par conséquent, de la façon dont on perçoit le monde.

Malheureusement, les algorithmes sont conçus avec un seul objectif en tête: faire interagir le plus possible les utilisateurs, sans aucun égard au contenu lui-même. C’est ce qui fait que les fausses nouvelles créées pour choquer se propagent aussi rapidement.

Pour éviter qu’un climat de haine et de racisme ne s’installe encore plus, les algorithmes des réseaux sociaux devront évoluer, promouvoir les contenus intelligents et avoir d’autres objectifs que de faire réagir les utilisateurs. Ils devront intégrer une part de responsabilité sociale.

Des jeux à grand 
déploiement plus courts
En produisant des titres de plus en plus gros pour plaire à certains joueurs, les studios de jeux vidéo doivent recourir à de nouveaux moyens pour financer les coûts astronomiques engendrés par le développement des jeux.

C’est cette obsession du jeu immense et constamment mis à jour qui a placé les joueurs dans une situation où ils doivent désormais payer pour améliorer leurs chances de gagner, et où de nouveaux mécanismes s’apparentant aux jeux de hasard créent une véritable dépendance chez certains joueurs plus vulnérables.

L’idée ne sera pas très populaire, mais des jeux plus courts permettraient de corriger la situation. Ceux-ci pourraient aussi être plus intéressants du début à la fin, et être plus attirants pour les amateurs plus âgés, qui n’ont tout simplement pas 100 heures à investir dans un jeu vidéo.

Des gadgets plus 
facilement réparables
Pour contrecarrer les effets des batteries qui perdent leur efficacité avec le temps, 
Apple a annoncé en décembre réduire la vitesse des vieux iPhone. La décision tient quand même la route, mais elle est néanmoins maladroite et enrage de nombreux utilisateurs.

Le scandale met encore une fois en lumière un des principaux problèmes de l’industrie: les gadgets sont beaucoup trop difficiles (et chers) à réparer pour le commun des mortels. Un design facilitant le remplacement de certaines pièces permettrait de prolonger la vie des appareils et aurait tué dans l’œuf le débat entourant les vieux iPhone.

Mais est-ce vraiment ce que souhaite l’industrie?

La fin des mots de passe
Les attaques informatiques ont fait les manchettes comme jamais en 2017. Si 
les problèmes sont nombreux et complexes, nous serions tous en meilleure sécurité (informatique) si l’industrie parvenait finalement à se débarrasser des mots de passe.

Se souvenir de ses mots de passe et en choisir des différents et des complexes pour tous ses comptes est une tâche pratiquement impossible. Cet outil mis en place pour notre protection est donc le talon d’Achille des systèmes informatiques modernes.

Qu’est-ce qui pourrait remplacer les mots de passe? Probablement une combinaison de paramètres, comme notre visage, notre voix, notre façon d’écrire, de déplacer notre souris et de tenir notre téléphone. De tous 
les souhaits technos, c’est celui qui a le plus de chances de se réaliser. Cependant, même si quelques expériences devraient avoir lieu au cours de 2018, il ne faut pas se leurrer: les mots de passe ont encore plusieurs belles années devant eux. Dommage.