logo_guide-auto Toyota a récemment invité quelques journalistes canadiens au lancement de sa Prius Prime, une Prius rechargeable équipée d’une batterie qui lui permet de parcourir une plus grande distance uniquement en mode électrique.

Comme nous avons pu le constater, la Prime, c’est bien plus qu’une Prius sur le party ionique.

Techniquement, la Prius Prime se démarque de la faiblement ionisée Prius par la présence d’une batterie beaucoup plus imposante. Alors que celle de la Prius ne livre que 1,0 kWh, celle de la Prime donne 8,8 kWh et se recharge en 5,5 heures sur une prise de 120 volts et en 2 heures sur une prise de 240. Elle peut aussi compter sur l’apport du moteur à essence, un quatre cylindres de 1,8 litre dont la puissance n’a pas été précisée lors du lancement, mais qui devrait avoisiner les 95 chevaux du 1,8 litre de la Prius tout court… puisque c’est le même moteur!
Selon Toyota, la consommation de la Prime serait de 
1,96 l/100 km alors que celle de la Prius PHEV était de 2,5 l/100 km. Et l’autonomie maximale combinée électricité-essence serait de 965 km.

En mode purement électrique, on peut rouler jusqu’à 135 km/h avant d’avoir besoin du moteur à essence. Lors de la présentation, Toyota promettait une autonomie électrique de 35 km. Par contre, nous avons facilement pu atteindre 50 km. Une fois la batterie à plat, ou presque, le moteur à essence prend le relais de façon tout à fait transparente. À la fin de notre périple, notre consommation d’essence s’est établie à 4,7 l/100 km.

Au volant, il faut s’adapter (ça se fait rapidement, n’ayez crainte) à un pédalier légèrement décentré vers la droite et à une visibilité arrière quelque peu réduite en raison d’un renfort horizontal placé dans la vitre du hayon. Le fait que la vitre soit concave ne modifie pas du tout la visibilité. Par rapport à la Prius tout court, le coffre de la Prime est amputé d’environ 20% de son espace de chargement en raison de la batterie, beaucoup plus grosse, qui retranche 100 mm (4 po) en hauteur. Par ailleurs, il faut savoir que la Prius Prime est une quatre places, la place centrale arrière ayant été retranchée en raison de ladite batterie.

Sur la route, on est agréablement surpris… dans la mesure où on accepte les limites d’une voiture hybride. Les performances de la Prius Prime ne sont pas poussives, la direction s’avère précise et autorise un bon retour d’informations. Toutefois, les pneus à faible résistance de roulement limitent l’adhérence.

Si vous appréciez les 
voitures écologiques qui ne passent pas inaperçues, on vous recommande la Prius Prime! À moins que vous préfériez les impressionnants chiffres d’autonomie 
électrique des Tesla et autres Chevrolet Bolt de ce monde…

Fiche d’appréciation

  • Consommation: 4/5
 – La consommation est
vraiment faible. Mais elle
le serait encore davantage
si l’autonomie électrique était meilleure.
  • Conduite: 3,5/5
 – Étonnant! Pour une hybride, s’entend…
  • Performances: 3/5 – 
Les performances…
Les quoi?
  • Multimédia: 3/5 – 
Le système multimédia
nous a paru plutôt convivial, mais l’écran de 11,6 po demande qu’on quitte la route des yeux pour effectuer la moindre commande.
  • Confort: 3,5/5 – 
L’habitacle est silencieux
et passablement vaste.
  • Note générale: 4/5 –  
Si on sait dans quoi
on s’embarque quand
on achète une hybride
(rechargeable ou pas), 
la Prime ne déçoit pas.

Aussi dans Automobile :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!