Publireportage

Aujourd’hui, marque le début de l’été, mais également le moment de célébrer la fin de la saison du Printemps numérique durant de la nuit la plus courte de l’année. 20 artistes montréalais monteront sur scène pour proposer DJs, performances musicales, chorégraphies interactives dans un univers immersif.

La programmation s’annonce mémorable avec: Moonshine, Eman & Vlooper x KNLO (membres Alaclair ensemble), Ohm et Do Mi, Musallica, DJ Abeille, le collectif PRISM et Veroushka & Friends.

Le concept de la soirée en collaboration avec l’Alliance MusicMotion: réinventer la musique par le mouvement et les nouvelles technologies musicales. « Ce spectacle donne l’occasion de danser, faire la fête ensemble, tout en vivant une expérience numérique unique. C’est l’essence même du Printemps numérique, démontrer la variété et la force de ce qui se créé ici, mais surtout le rendre accessible au grand public », explique Mehdi Benboubakeur, directeur du Printemps numérique qui souhaitait une rencontre entre l’art traditionnel et numérique.

Discussion en pleine répétition avec Félix Noé, membre du noyau dur de Moonshine.

Qu’est-ce que Moonshine?
C’est un collectif d’artistes visuels, VJs, DJs, musiciens réunis autour d’une même passion, une initiative de Pierre Kwenders et Hervé Kalongo. On se rencontre chaque samedi suivant la pleine lune pour jouer toute la nuit la musique qu’on aime. On vient de faire la 32ème édition. On s’est également doté d’une structure de production de spectacles et de maison de disques pour servir les artistes.

Vous êtes de plus en plus invités à participer à de grands rassemblements, des spectacles d’envergure, comment conserver l’essence du groupe ?
À force de se retrouver une fois par mois, le collectif a transcendé l’individualité des artistes. Moonshine est devenu un artiste en soi. Il y a une identité propre qui a émergé alors qu’on ne s’y attendait pas, avec la musique électro, la musique traditionnelle afro-caribéenne, les DJs, les MCs. C’est un lieu d’expression à part entière qui existe. On a un terrain de jeu privilégié. On va poursuivre les Moonshine, tout en continuant de grandir. Des événements sont prévus en Europe et aux États-Unis.

Que penses-tu de la scène de la créativité numérique à Montréal ?
Il y a un engouement de plus en plus fort pour la culture numérique. C’est une nouvelle ère musicale à Montréal, qui se déploie à grande vitesse. Le mouvement a un bel avenir.

Qu’est-ce qui vous a intéressés dans le concept de SOLSTICE17 ?
On est toujours attiré par ce qui est différent, comme tout bon artiste, on  a envie de se démarquer. La possibilité d’utilisation de nouveaux instruments technologiques comme la Reactable (instrument rare, physique et virtuel à la fois), qu’on incorpore à nos instruments traditionnels est extraordinaire. Ça prend beaucoup de temps à maîtriser, mais c’est un sujet jouet, un vecteur de
collaboration.

À quoi peut-on s’attendre ?
Un mix étonnant de percussions africaines, cuivres et de musique électronique avec Bonbon Kojak, Lionel Kizaba et moi-même ! On va tout donner pour amener de la bonne humeur et de la danse!

SOLSTICE17
Ce soir, de 21h à 1h à la Société des arts technologiques.
Billets disponibles ici

Aussi dans Uncategorized :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!