Maintenant que le gouvernement a opté pour une indexation annuelle des frais de scolarité, il devrait en faire autant avec les frais de subsistance, conclut un comité chargé de conseiller le ministère de l’Éducation.

Chaque année, le ministre de l’Éducation doit modifier la règlementation du programme de prêts et bourses afin d’indexer les frais de subsistance, soit les frais nécessaires à payer le loyer, l’alimentation et autres dépenses vitales. «Il est temps d’adopter une clause d’indexation automatique qui assurera aux étudiants que leur régime est bonifié année après année», déclare Pierre Grondin, président du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études.

Évaluer les modifications faites sur les programmes de prêts et bourses, c’est le mandat de ce comité. Dans son plus récent avis, rendu public mardi, il donne son aval aux décisions prises lors du Sommet de l’enseignement et lors de chantiers suivants; notamment l’indexation de 1,6% des dépenses admises dans le calcul de l’aide financière, le rehaussement des seuils de contribution et l’augmentation des frais de subsistance de 20$ par mois.

«Nous saluons les nouvelles mesures, mais il faut faire plus», poursuit M. Grondin. Selon le comité, l’indexation des frais de subsistance est nécessaire pour maintenir le pouvoir d’achat des étudiants. Dans le passé, les programmes ont connu des périodes de non-indexation, comme l’an dernier ou encore quelque fois entre 1995 et 2007. «L’augmentation des frais de subsistance de 20$ cette année permet de rattraper, mais pas de combler le manque à gagner», stipule le président.

Questionné à savoir s’il est intéressé par cette idée, le ministre de l’enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a répondu ne pas pouvoir s’engager à de nouvelles réformes pour l’instant.

Les frais de subsistance, qui font partie de la stratégie de soutien aux études, ne doivent plus être entre les mains d’un arbitraire politique, déplore Philippe Hurteau, chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques. Selon lui, l’indexation automatique est une solution intéressante, mais «il faut se rappeler que l’indexation s’appuie souvent sur des indicateurs qui ne suivent même pas le coût de la vie».

L’indexation automatique des frais de subsistance se fait déjà dans les autres provinces canadiennes, observe Alex Usher, président du Higher Education Strategy Associates. C’est une initiative qui permet aux étudiants de récolter un peu plus d’argent chaque mois, mais qui ne rend pas l’éducation accessible à tous, estime le chercheur.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus