Getty Images/iStockphoto

Le conseil municipal mandatera la Division des transports actifs de la Ville de Montréal afin d’autoriser l’usage de la planche à roulettes sur le réseau cyclable, à Montréal.

À la suite d’une motion de Projet Montréal, l’opposition officielle à la Ville, les élus du conseil municipal ont adopté ce mandat pour un changement règlementaire, lundi. La planche à roulettes sera ainsi reconnue comme «mode de transport actif» par la Ville.

Les planches à roulettes sont actuellement interdites sur la chaussée et les utilisateurs sont passibles d’une amende allant de 30$ à 60$. Montréal doit également demander à Québec de modifier le Code de la sécurité routière en ce sens, selon la motion adoptée. Aref Salem, responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, a d’ailleurs affirmé lundi que dans les négociations entre Montréal et le gouvernement du Québec pour le statut de métropole, «c’est une chose primordiale que de pouvoir décider [quel type de moyen de transport] on veut autoriser sur nos rues. Nous allons négocier ce pouvoir décisionnel», a-t-il affirmé.

Dans sa motion, Projet Montréal faisait valoir que la Ville investit actuellement d’importantes sommes pour la construction de skateparcs dans la métropole, mais que les planchistes n’ont actuellement «aucune option pour circuler dans les rues de Montréal en toute légalité», demandant ainsi de les admettre sur les pistes cyclables.

Luis Miranda, maire d’Anjou, a toutefois rappelé que lorsque la Commission sur le transport et les travaux publics avait fait des recommandations à la Ville en 2012 au sujet des utilisateurs qui devraient avoir accès au réseau cyclable, «les gens consultés étaient majoritairement contre. On devrait plutôt demander à la commission d’aller voir à nouveau ce que les gens en pensent», a proposé le maire d’Anjou.

À la suite de cette étude, Montréal avait tranché: seuls les fauteuils roulants électriques, les patins à roues alignées et les vélos à assistance électrique pouvaient accompagner les cyclistes sur les pistes cyclables. Les vélos électriques de type scooter, parce qu’ils roulent trop vite (35km/h), et les planches à roulettes, parce que leur vitesse n’est pas uniforme, avaient donc été bannis des pistes cyclables.

Mais pour le conseiller Alex Norris, de Projet Montréal, «il n’y a eu aucune intervention, témoin ou mémoire qui a mentionné les planches à roulettes. Il y a seulement eu une supposition que ce serait dangereux, mais force est de constater que les planchistes utilisent déjà le réseau cyclable», a-t-il répliqué au maire Miranda lundi au conseil municipal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!