VANCOUVER — Les risques de décès après une fracture à la hanche sont plus élevés pour les patients traités dans des hôpitaux de petite et de moyenne taille que dans les plus grands établissements de santé tels que les centres universitaires, selon une nouvelle étude.

Pour chaque tranche de 1000 patients souffrant de fractures à la hanche admis dans un hôpital de taille moyenne, 14 de plus y meurent que dans les grands établissements de soins, selon un rapport de la Canadian Collaborative Study of Hip Fractures.

Ce nombre augmente à 44 patients de plus dans les petits hôpitaux.

Le but de l’étude n’est pas de trouver des coupables, mais plutôt d’inciter à des actions, a dit le professeur associé en orthopédie à l’Université de Colombie-Britannique, Dr Pierre Guy, qui est l’un des auteurs de l’étude.

Plus de recherche sera nécessaire pour déterminer les causes de ces décès plus nombreux dans les petits hôpitaux, indique-t-on dans le rapport. La demande et le taux d’occupation des lits sont des variantes à considérer, précisent les auteurs.

Les cas mortels ont été plus nombreux dans les hôpitaux de taille moyenne lorsqu’une opération urgente était nécessaire. Ces établissements disposent d’une moins grande quantité de lits et n’ont pas assez de personnel et de matériel pour intervenir dans le temps requis, note-t-on.

Les longs temps d’attente pour un transfert dans des grands hôpitaux augmenteraient par ailleurs les risques de décès.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!