SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a annoncé, mercredi, qu’un plus grand nombre d’arbres seraient abattus avant qu’une immense étendue de terre soit inondée dans le cadre du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador.

Dans une déclaration écrite, le gouvernement libéral explique que cette mesure a été adoptée dans le but de répondre aux critiques qui soutiennent que l’eau sera contaminée par du méthylmercure si les arbres sont laissés sur place, immergés dans le réservoir de 41 kilomètres carrés.

Plus tôt cette semaine, le déversement de l’eau qui devait se faire sur le site situé à l’ouest de Happy Valley-Goose Bay s’est soldé par l’arrestation de plusieurs contestataires.

Le réservoir de 120 kilomètres carrés, qui couvrira une région grande comme la ville de Vancouver, sera situé en aval d’une région où vivent 2000 Inuits qui se nourrissent principalement de poisson et de viande de phoque.

Le ministre de l’Environnement, Perry Trimper, a mentionné que la province travaillait avec les Premières Nations du Labrador pour répondre à leurs inquiétudes.

Il a ajouté que le gouvernement souhaitait implanter un nouveau programme pour surveiller la qualité de l’eau et mettre sur pied un comité d’experts indépendants pour conseiller le gouvernement.

«Le gouvernement provincial a pris très au sérieux les préoccupations exprimées par la nation innue, le gouvernement du Nunatsiavut et le conseil communautaire de NunatuKavut», a précisé M. Trimper par écrit.

«Nous faisons des gestes qui démontrent clairement notre engagement à accroître les mesures qui garantissent que nous prenons les meilleures dispositions possible pour protéger la santé humaine.»

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus