OTTAWA — Le gouvernement fédéral ne parviendra vraisemblablement pas à tenir sa promesse de résoudre avant le 31 octobre toutes les irrégularités dans la paye de ses employés liées au nouveau système de gestion Phénix.

Dans une mise à jour de la situation, communiquée aux fonctionnaires fédéraux mercredi, la sous-ministre aux Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Marie Lemay, a souligné que les employés du ministère continuaient à travailler «d’arrache-pied» pour résoudre un maximum de cas avant cette échéance.

Au cours des deux dernières semaines, 12 824 employés ont vu leur paye être régularisée, ce qui porte le total à 51 000. Ce sont donc plus de 60 pour cent des cas litigieux qui ont été réglés depuis le 1er juillet.

Mais alors que le ministère s’affaire à régler des milliers de dossiers, plusieurs «des cas de l’arriéré qu’il reste à régler sont très compliqués», a révélé Mme Lemay, ajoutant que de longs calculs sont souvent nécessaires.

Certains cas nécessitent également de remonter à plusieurs années, ce qui implique d’importantes recherches, a-t-elle également mentionné.

«À l’approche du 31 octobre, (…) nous croyons que la majorité des cas de l’arriéré auront été résolus avant cette date. Toutefois, il est possible que le traitement de certains cas demande une période supplémentaire», a déclaré Mme Lemay.

Ottawa a consenti 50 millions $ supplémentaires pour gérer les problèmes liés à l’implantation du système de paye Phénix, incluant des millions de dollars qui ont été versés à la société IBM.

IBM a créé le système de paye Phénix, qui est basé sur le programme reconnu PeopleSoft, mais qui est taillé sur mesure pour répondre aux besoins du gouvernement fédéral.

Ottawa a été forcé d’embaucher des centaines de conseillers en rémunération après que plus de 82 000 fonctionnaires eurent signalé des anomalies avec leur paye. Plusieurs employés n’ont pas été payés du tout pendant plusieurs mois.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus