TORONTO — Des experts en toxicomanie soutiennent que le Canada doit se doter rapidement d’une stratégie nationale intégrée si l’on veut réduire la prescription abusive d’opioïdes au pays, et ainsi freiner l’épidémie galopante de décès attribuables aux surdoses.

Le docteur Benedikt Fischer, du Centre de toxicomanie et de santé mentale, à Toronto, soutient que les Canadiens sont les deuxièmes plus grands consommateurs d’opioïdes dans le monde, juste après les Américains.

Dans un article publié par le Journal de l’Association médicale canadienne, M. Fischer et ses coauteurs estiment que 2000 Canadiens sont morts d’une surdose d’opioïdes l’an dernier, et que plusieurs provinces se dirigent tout droit vers un bilan record cette année.

Depuis 10 ans, entre 10 000 et 20 000 Canadiens seraient ainsi morts d’une surdose de médicaments d’ordonnance comme l’oxycodone, l’hydromorphone et le fentanyl, selon les auteurs de l’article.

Ils réclament une stratégie nationale qui prévoirait notamment l’adoption de directives précises pour la prescription par les médecins d’opioïdes — dans des cas exceptionnels, à des dosages limités de façon stricte, et pour une courte période seulement.

Les auteurs recommandent aussi la mise en place d’un système électronique de surveillance en temps réel des prescriptions partout au Canada. Les médecins et les pharmaciens pourraient ainsi consulter cette banque de données avant de prescrire ou de vendre des opioïdes, qui engendrent une dépendance extrêmement grande.

«Il se fait tard, mais il n’est pas trop tard pour agir, afin de réduire le bilan mortel de cette surutilisation d’opioïdes au Canada», conclut M. Fischer.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus