OTTAWA — Les services de police canadiens ont déclaré 604 homicides en 2015, soit 83 de plus que l’année précédente. Le taux d’homicides a augmenté de 15 pour cent en 2015 (1,68 pour 100 000 habitants), ce qui en fait le plus haut taux d’homicides observé depuis 2011, a annoncé mercredi Statistique Canada.

Le nombre plus élevé d’homicides survenus en 2015 s’explique principalement par les hausses enregistrées en Alberta (+27 homicides), en Saskatchewan (+19) et en Ontario (+18), selon l’agence fédérale.

Le quart (25 pour cent) des 604 victimes d’homicide déclarées par la police étaient Autochtones. De plus, selon les données policières, 33 pour cent des auteurs présumés identifiés dans les affaires résolues étaient Autochtones. Dans l’ensemble, les Autochtones représentaient environ 5 pour cent de la population du Canada en 2015.

Parmi les provinces, la Saskatchewan a enregistré le taux d’homicides le plus élevé, soit 3,79 homicides pour 100 000 habitants; venaient ensuite le Manitoba (3,63 pour 100 000 habitants) et l’Alberta (3,17 pour 100 000 habitants).

Les plus faibles taux provinciaux ont été observés à Terre-Neuve-et-Labrador (0,57 pour 100 000 habitants), à l’Île-du-Prince-Édouard (0,68 pour 100 000 habitants) et au Québec (0,93 pour 100 000 habitants).

Par ailleurs, 178 des homicides commis l’ont été à l’aide d’une arme à feu, soit 23 de plus que l’année précédente. Le taux d’homicide commis avec une arme à feu a augmenté de 14 pour cent pour s’établir à 0,50 pour 100 000 habitants, comparativement à 0,44 en 2014. Il s’agit du plus haut taux d’homicides commis à l’aide d’une arme à feu depuis 2010, année où il a atteint 0,51 pour 100 000 habitants.

Les services de police ont consigné 98 homicides attribuables à des gangs, soit 16 de plus que l’année précédente.

Meurtriers connus

Des dizaines d’années de données sur le lien entre la victime et l’auteur présumé indiquent que les homicides sont le plus souvent commis par une personne connue de la victime. Ce fut le cas en 2015, alors que 87 pour cent des homicides résolus ont été perpétrés par une personne connue de la victime.

Les victimes d’homicide ont le plus souvent été tuées par un membre de la famille autre qu’un conjoint (22 pour cent), par une simple connaissance (22 pour cent) ou par un conjoint actuel ou ancien (14 pour cent).

Parallèlement, la police a fait état d’une diminution des homicides commis par un étranger en 2015. Le nombre de victimes tuées par un étranger s’est établi à 58 en 2015, en baisse par rapport aux 73 victimes déclarées l’année précédente. Les homicides commis par un étranger représentaient 13 pour cent de l’ensemble des homicides en 2015, comparativement à 18 pour cent l’année précédente.

La police a aussi fait état d’une nette augmentation du nombre d’homicides commis par une personne avec qui la victime avait une relation criminelle.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus