KINGSTON, Ont. — Les autorités de l’Université Queen’s, en Ontario, se penchent sur une fête costumée au cours de laquelle des jeunes de premier cycle auraient porté des déguisements stéréotypés qualifiés de racistes par certains leaders étudiants.

Le recteur de Queen’s, Daniel Woolf, a indiqué sur le site internet de l’université que la fête aurait semble-t-il eu lieu samedi à l’extérieur du campus de Kingston.

Le recteur précise que l’université n’aurait jamais donné son autorisation pour la tenue d’un tel événement.

L’association étudiante «Alma Mater Society» a estimé que la fête était déplacée et embarrassante pour des étudiants.

Des photos qui ont circulé dans les médias sociaux montrent des étudiants, la plupart caucasiens, déguisés en cheikh arabe, en combattant viet-cong ou en moine bouddhiste. Pour certains, il s’agit d’«appropriation culturelle irrespectueuse», un concept apparu il y a quelques années sur les campus américains.

Le recteur Woolf prévient que l’université prend la chose très au sérieux.

«Queen’s aspire à la diversité et l’inclusion, à une communauté libre de toute discrimination et de tout harcèlement. Tout événement qui dénigrerait, se moquerait ou marginaliserait un ou des groupes serait tout à fait inacceptable», écrit le recteur Woolf.

«Si nous découvrons que cet événement a été autorisé ou parrainé par Queen’s, nous prendrons les mesures qui s’imposent.»

De son côté, l’association étudiante a indiqué qu’elle profiterait de l’occasion pour discuter du racisme au sein de l’institution. «Ces événements minent la capacité de Queen’s à offrir un environnement accueillant et respectueux sur le campus», a expliqué Carolyn Thompson, vice-présidente aux affaires universitaires à l’Alma Mater Society.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus