TORONTO — Des syndicats représentant des journalistes canadiens souhaitent que cinq membres de la direction de Postmedia renoncent à des primes totalisant 2,275 millions $, alors que la chaîne de journaux en difficulté continue à procéder à des réductions de personnel.

L’entreprise a accordé 900 000 $ au président et chef de la direction, Paul Godfrey, 450 000 $ au directeur financier, Doug Lamb, 425 000 $ au directeur de l’exploitation, Andrew MacLeod, 300 000 $ au conseiller général et juridique, Jeffrey Haar, et 200 000 $ au président du «National Post», Gordon Fisher, selon des documents financiers, déposés mercredi.

Ces primes font partie d’un programme visant à maintenir au sein de l’entreprise des employés clés dans le contexte de la conclusion récente d’une restructuration de la dette, qui a réduit la dette totale de 648 millions $ d’environ 307 millions $.

Le président du Syndicat des communications d’Amérique au Canada — représentant environ 6000 travailleurs des médias —, Martin O’Hanlon, a soutenu par communiqué que les membres de la direction agissaient de manière déraisonnable en acceptant des primes généreuses tout en appelant les employés à profiter de départs volontaires, à défaut de quoi il pourrait y avoir une autre série de mises à pied.

Le Local 87-M du syndicat Unifor, qui représente les travailleurs syndiqués des journaux en Ontario, a appelé les dirigeants à redistribuer ces sommes aux employés de Postmedia.

Postmedia a indiqué le mois dernier qu’elle cherchait à réduire ses dépenses salariales de 20 pour cent.

La chaîne de journaux a offert à ses employés un programme de départs volontaires à la fin octobre. L’entreprise n’a pas encore indiqué si le programme avait atteint ses objectifs, mais a laissé entendre que des mises à pied pourraient être nécessaires.

À la fin août, Postmedia comptait 4233 employés équivalents plein temps, selon les documents financiers. En janvier dernier, Postmedia avait éliminé 90 emplois et fusionné les salles de rédaction de ses publications dans quatre villes du pays, sans éliminer de journaux. Le groupe médiatique avait bouclé, l’an dernier, l’acquisition des journaux anglophones de Sun Media et d’autres propriétés numériques.

«Ce n’est pas inhabituel» pour une entreprise de mettre en place un tel programme durant ce genre de transaction — la restructuration de la dette —, a fait valoir la vice-présidente aux communications de Postmedia, Phyllise Gelfand.

Néanmoins, l’un des cinq dirigeants, Jeffrey Haar, quittera Postmedia à la fin novembre, a-t-elle indiqué. Mme Gelfand n’a pas pu préciser si M. Haar était encore admissible aux deux prochains paiements de ses primes de fidélisation.

Mme Gelfand a affirmé que l’entreprise n’avait pas de commentaires sur les demandes des syndicats concernant les primes.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus