MONTRÉAL — L’ajout de trois nouvelles stations souterraines fera grimper de 400 millions $, à 5,9 milliards $, la facture du projet de train électrique montréalais piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui s’attend à voir Québec et Ottawa dévoiler l’ampleur de leur participation financière d’ici environ quatre mois.

Le président et chef de la direction de la CDPQ, Michael Sabia, a toutefois minimisé cet enjeu, vendredi, en conférence de presse, flanqué du ministre québécois des Transports, Laurent Lessard, ainsi que du maire de Montréal, Denis Coderre. Il n’y avait toutefois aucun représentant du gouvernement fédéral.

«Ce n’est pas une crise, a-t-il dit. Je crois que les gouvernements du Québec et du Canada ont les compétences pour prendre les décisions d’ici trois ou quatre mois.»

Une demande formelle a été envoyée à Ottawa jeudi afin de solliciter une participation financière.

Questionné quant à savoir pourquoi il s’était écoulé sept mois entre le dévoilement du projet de Réseau électrique métropolitain (REM) et le dépôt de la demande officielle, M. Sabia a répondu qu’il fallait préciser de nombreux détails.

«Cela fait plusieurs mois que nous sommes en contact et nous travaillons dans un esprit de partenariat avec le gouvernement du Canada, a-t-il affirmé au cours d’une conférence de presse. Je suis très à l’aise avec le processus.»

Étant donné que l’on prévoit que les premières rames du tracé seront mises en service en 2020, le grand patron de la Caisse a reconnu, en conférence de presse, que les échéanciers étaient «serrés», mais il s’attend tout de même à ce que les travaux du REM s’amorcent cet été.

La CDPQ, dont la participation dans le projet atteint maintenant 3,1 milliards $, maintient que sa réalisation est conditionnelle à la participation des gouvernements provincial et fédéral.

Si le ministre Lessard a confirmé que Québec allait financer en partie la construction des trois nouvelles stations, il n’a toutefois pas révélé de montant en plus d’éviter de répondre aux questions sur la somme qui sera injectée par son gouvernement dans l’ensemble du projet.

«Il est plus facile de s’entendre sur un projet de financement que d’essayer de trouver un promoteur d’envergure capable de réaliser des travaux», s’est-il limité à dire.

Dans sa mise à jour économique automnale, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, avait affirmé que le gouvernement allait ajouter une somme de 81 milliards $ sur 11 ans pour les dépenses en infrastructures, faisant passer le montant à 187 milliards $ jusqu’à l’exercice 2027-2028.

Une porte-parole du ministre fédéral de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi, a fait savoir par courriel que l’objectif d’Ottawa était d’appuyer un projet de transport en commun pour les Montréalais ainsi que dans le reste du pays.

«Nous avons été élus en nous engageant à livrer un plan historique en la matière», a écrit Brook Simpson.

Selon M. Sabia, le REM est exactement le genre de projet que le gouvernement fédéral souhaite appuyer financièrement dans le cadre de ses dépenses en infrastructures et de sa volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

D’après CDPQ Infra, la filiale de la Caisse qui mène le projet, l’ajout des trois stations souterraines dans le centre-ville de la métropole permettra aux utilisateurs de se déplacer plus rapidement en plus de désengorger la ligne orange du métro de Montréal au sud de la ligne bleue. Ces arrêts étaient projetés, sans toutefois être confirmés.

La Caisse et la Ville de Montréal allongeront chacune 100 millions $. M. Lessard a laissé entendre que Québec et Ottawa pourraient se partager à parts égales le reste du montant.

Deux des trois stations, McGill et Édouard-Montpetit, seront reliées respectivement aux lignes verte et bleue du métro de Montréal. La CDPQ affirme que l’autre arrêt, celui du bassin Peel, constituera une desserte importante pour la Cité du Multimédia, un pôle d’emploi important, ainsi que le quartier Griffintown. Cette dernière station remplacera celles de Bridge-Wellington et Du Havre initialement prévues.

Le projet du REM propose un circuit de train électrique de 67 kilomètres reliant tant la Rive-Sud que la Rive-Nord jusqu’à Deux-Montagnes en passant par Laval, de même que l’aéroport Trudeau et l’Ouest de l’île jusqu’à Sainte-Anne-de-Bellevue.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus