MONTRÉAL — A partir de samedi, des règles plus strictes sont imposées aux fumeurs québécois.

Il est désormais interdit de fumer dans un rayon de 9 mètres d’une porte, d’une fenêtre ou d’une prise d’air externe d’un immeuble.

Depuis 2006, cette zone sans fumée à 9 mètres s’appliquait seulement aux édifices scolaires et aux établissements de santé.

La Loi concernant la lutte contre le tabagisme a été modifiée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 26 novembre 2015. Elle entre donc en vigueur, un an plus tard.

Les contrevenants risquent de fortes amendes, pouvant aller jusqu’à 1500 $ en cas de récidive.

Selon François Damphousse, directeur du bureau du Québec de l’Association pour les droits des non-fumeurs, la fumée de tabac aux alentours des entrées d’édifices faisait l’objet d’innombrables plaintes du public.

Mélanie Champagne, de la Société canadienne du cancer, division du Québec, estime qu’aucune raison valable ne justifiait de laisser les gens être exposés à la fumée de tabac secondaire alors que la littérature scientifique a clairement démontré que cette fumée est nocive, y compris dans les lieux extérieurs.

Pour Capsana, qui oeuvre auprès du public et des entreprises pour encourager et accompagner les fumeurs à «écraser», cet élargissement des interdictions de fumer aux entrées des édifices est une motivation de plus pour les fumeurs à se libérer du tabac.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus