TORONTO — L’arrivée longuement attendue de la pilule abortive Mifegymiso au Canada a été reportée à l’année prochaine.

Le distributeur canadien, Celopharma, a indiqué s’attendre désormais à un lancement au cours du mois de janvier.

La présidente de l’entreprise, Paula Tenenbaum, n’a pas donné plus de détails dans un bref courriel répondant à une demande d’information.

Le mois dernier, Mme Tenenbaum avait affirmé que la pilule Mifegymiso était en voie d’être disponible en novembre au Canada.

Santé Canada a approuvé le produit en juillet sous quelques restrictions controversées, incluant celle qu’il soit distribué uniquement par un médecin à une patiente, faisant craindre à certains détracteurs un accès difficile pour les femmes dans des secteurs reculés et isolés.

L’usage n’est aussi permis que dans les sept semaines suivant les dernières règles d’une femme et le produit est dispendieux, à 300 $ la dose.

Le produit est disponible ailleurs depuis près de 30 ans, et est approuvé dans plus de 60 pays avec diverses restrictions.

Le mois dernier, Mme Tenenbaum a affirmé que Celopharma travaillait à une soumission révisée auprès de Santé Canada qui prolongerait l’usage recommandé jusqu’à neuf semaines après la dernière période de menstruations.

La présidente de l’entreprise a aussi dit souhaiter que les pharmaciens distribuent le produit directement aux femmes qui en font la demande.

La Mifegymiso est une combinaison de deux ingrédients médicinaux — la mifépristone et le misoprostol — qui doivent être pris deux journées distinctes.

La mifépristone est d’abord prise pour bloquer la progestérone, l’hormone qui contribue à préparer la paroi de l’utérus pour la grossesse. Quelque 24 à 48 heures plus tard, le misoprostol doit faire contracter l’utérus et provoquer l’avortement.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus