MONTRÉAL — CBC/Radio-Canada propose d’abandonner la publicité en échange d’un financement accru de la part du gouvernement fédéral.

Dans un mémoire déposé dans le cadre de la consultation publique d’Ottawa sur l’avenir du contenu canadien dans le monde numérique, la société d’État estime qu’elle pourrait éliminer la publicité sur toutes ses plateformes en échange d’une hausse de son budget annuel de 318 millions $.

Les revenus publicitaires rapportent actuellement 253 millions $ à la société d’État. Pour justifier les 318 millions $ réclamés, CBC/Radio-Canada souligne que le reste de la compensation servirait à financer le contenu qui viendrait remplacer le temps publicitaire éliminé.

Il s’agirait d’une augmentation de la contribution de 12 $ par contribuable canadien, pour la porter à 46 $. CBC/Radio-Canada fait valoir que le montant resterait bien inférieur au niveau de financement de diffuseurs publics comme la BBC, au Royaume-Uni, qui reçoit 114 $ par habitant, tout en étant exempt de publicité. Le diffuseur britannique se classe septième au monde au chapitre du financement gouvernemental, contre le 16e rang pour CBC/Radio-Canada.

Dans son mémoire, la société d’État calcule qu’un tel virage permettrait aux diffuseurs privés, dont plusieurs souhaitent la fin de la publicité chez les diffuseurs publics, d’engranger quelque 158 millions $ supplémentaires en revenus publicitaires.

La semaine dernière, Maxime Bernier, candidat à la direction du Parti conservateur, a plaidé pour la fin de la publicité à CBC/Radio-Canada, mais il a aussi proposé une réduction de son financement, arguant que la société d’État devrait se tourner vers les dons des téléspectateurs et des organisations, comme c’est le cas de la télé publique PBS et de la chaîne privée à but non lucratif NPR, aux États-Unis.

Kellie Leitch, son adversaire dans la course à la direction du Parti conservateur, a quant à elle proposé carrément le démantèlement de CBC/Radio-Canada.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus