Adrian Wyld / La Presse Canadienne Stephen S. Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada

TORONTO — Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, affirme que le secteur des services est un élément clé de la croissance, alors que l’économie canadienne continue à se remettre de la crise financière mondiale et du plus récent glissement des prix du pétrole et d’autres matières premières.

Prenant la parole devant l’Institut C.D. Howe, M. Poloz a affirmé, lundi soir, qu’il y aurait toujours une demande pour les ressources canadiennes, mais que la croissance se trouvait du côté du secteur des services.

M. Poloz a souligné que depuis les débuts de la crise financière mondiale de 2008-2009, la croissance dans le secteur des services au Canada avait été plus forte en moyenne que celle dans le secteur des biens.

Le gouverneur de la Banque du Canada a ajouté que la majeure partie de la croissance de l’emploi au pays depuis la fin 2014 a été enregistrée dans les entreprises de services qui offrent des salaires supérieurs à la moyenne du secteur, contribuant au revenu national.

Plus de 80 pour cent des travailleurs canadiens sont employés dans le secteur des services, tandis que moins de 20 pour cent se trouvent dans la production de biens.

M. Poloz a indiqué que la perte de capacité exportatrice dans les années qui ont précédé et qui ont suivi la crise financière mondiale, et la chute soudaine des prix des ressources en 2014, ont entraîné un «manque à gagner de 80 à 90 milliards $» pour l’économie canadienne.

«Il est naturel de se demander: qu’est-ce qui remplacera les pertes économiques attribuables à ces deux chocs», a-t-il déclaré.

Selon le gouverneur, pour chaque emploi perdu dans le secteur des biens depuis 2001, environ 30 ont été créés dans celui des services. M. Poloz a rejeté l’idée selon laquelle les emplois dans les services demandent généralement moins de qualifications et sont moins bien rémunérés.

Il a ajouté que bien que le salaire moyen dans le secteur des services soit moindre que dans celui de la production de biens, les salaires varient en fonction de l’industrie au sein même d’un secteur.

«Il ne vous surprendra probablement pas d’apprendre que le salaire moyen dans l’assurance et les finances est supérieur à celui dans le secteur manufacturier. Mais il en est de même du salaire moyen dans les industries du transport et de l’entreposage, a-t-il fait valoir. Et, combinées, ces deux industries emploient plus de Canadiens et offrent un plus grand rendement que tous les fabricants du Canada.»

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus