HALIFAX — La police de Halifax ne peut confirmer si l’aiguille à coudre retrouvée récemment dans un plat cuisiné maison se trouvait bel et bien, à l’origine, dans une pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard — ou dans tout autre ingrédient, au demeurant.

Les enquêteurs et les spécialistes judiciaires n’ont pu déterminer précisément l’origine de l’aiguille à coudre.

Lundi, la police de Halifax a révélé qu’elle avait reçu une plainte concernant un objet pointu retrouvé dimanche soir dans un plat cuisiné avec des patates. Les pommes de terre avaient été achetées dans un magasin Tigre géant.

Selon la police, le consommateur n’a rien remarqué en pelant et en tranchant les pommes de terre. Ce n’est que plus tard que l’on a découvert l’aiguille, dans l’assiette, à côté d’autres aliments.

La police poursuit son enquête et est à l’affût de tout signalement semblable.

Depuis 2014, plusieurs cas de patates piquées d’objets métalliques ont été signalés dans les provinces maritimes. La plupart de ces patates provenaient d’un même producteur de l’Île-du-Prince-Édouard. Le gouvernement fédéral avait même débloqué en 2015 une enveloppe de 1,5 million $ pour aider les producteurs et les distributeurs à se munir de détecteurs de métal.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!