MONTRÉAL — Des opposants au transport de pétrole par oléoducs au Canada ont manifesté mercredi matin devant le bureau de circonscription du premier ministre Justin Trudeau à Montréal.

Des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été déployés près de l’immeuble du bureau du député fédéral de la circonscription de Papineau, situé sur la rue Jarry Est.

Selon le responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada, Patrick Bonin, la manifestation a rassemblé une centaine de personnes. Les organisateurs de l’événement mentionnent plutôt «des dizaines de personnes».

Mardi, en conférence de presse à Ottawa, le premier ministre Trudeau a annoncé l’approbation par son gouvernement de la proposition de Kinder Morgan d’augmenter la capacité de son oléoduc Trans Mountain, qui relie les lieux d’extraction des sables bitumineux de l’Alberta au port de Burnaby, en Colombie-Britannique. Le feu vert a aussi été donné au prolongement de la Ligne 3 de l’entreprise Enbridge entre l’Alberta et l’État américain du Wisconsin.

Par contre, le gouvernement fédéral a rejeté le projet d’oléoduc Northern Gateway entre l’Alberta et Kitimat, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Le projet Trans Mountain prévoit de tripler le nombre quotidien de barils de pétrole qui y circuleront. Quant à la Ligne 3, sa capacité sera doublée.

En point de presse, mercredi matin, le premier ministre Trudeau a indiqué que son gouvernement prenait «des décisions importantes dans l’intérêt national» et «travaille fort pour démontrer que c’est la bonne décision à prendre».

«Il y en aura des gens mécontents, ça on le sait», a-t-il laissé tomber lorsqu’on lui a fait part de la manifestation à Montréal.

Les militants affirment que le projet Kinder Morgan engendrerait à lui seul une augmentation des émissions de gaz à effet de serre équivalant à plus de 30 millions de nouvelles voitures sur les routes canadiennes.

«Le gouvernement Trudeau doit comprendre qu’il a autant à perdre politiquement au Québec qu’ailleurs au Canada en approuvant Kinder Morgan et la Ligne 3. Et l’inverse serait également vrai s’il acceptait un jour le projet d’oléoduc Énergie Est. Le Canada est plus que jamais uni contre les pipelines», a déclaré Aurore Fauret, coordonnatrice de la campagne sables bitumineux de 350.org.

«À l’heure de l’Accord de Paris et au moment où nos gouvernements doivent passer à l’action pour éviter un emballement du climat, nous devons nous libérer des énergies fossiles et nous propulser à vitesse grand V vers une économie à 100 pour cent basée sur les énergies renouvelables. On ne peut prétendre lutter contre les changements climatiques et appuyer l’expansion des pipelines et de la production des sables bitumineux. Il faut refuser ces projets», a pour sa part lancé Karel Mayrand, directeur de la Fondation David Suzuki pour le Québec.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus