YARMOUTH, N.-É. — Des dizaines de milliers de harengs de l’Atlantique continuent de s’échouer sur la côte nord-ouest de la Nouvelle-Écosse, un phénomène que les biologistes ne peuvent encore expliquer.

Les premiers poissons morts ont été aperçus il y a deux semaines sur des plages de la baie Sainte-Marie, à une quarantaine de kilomètres au nord de Yarmouth.

Selon le biologiste Shawn Craik, de l’Université Sainte-Anne, les harengs ont pu avoir été tués par un virus, une pollution quelconque ou par la prolifération d’une algue qui les a empoisonnés.

Les résultats de tests menés dans des laboratoires du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard sur ces harengs devraient être divulgués en début de semaine prochaine.

Une telle hécatombe parmi les harengs est du jamais vu pour plusieurs pêcheurs de la baie Sainte-Marie.

Les harengs de l’Atlantique, qui se déplacent en grands bancs le long des côtes, sont une source importante de nourriture pour la baleine, la morue et certaines espèces d’oiseaux aquatiques.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!