SAINT-JEAN, T.-N.-L. — La Garde côtière canadienne recommande que le pétrole soit retiré d’un navire qui s’est échoué et a coulé aux abords des îles Change, à Terre-Neuve, en 1985,.

La directrice régionale Anne Miller a indiqué qu’il était trop tôt pour dire combien il en coûterait d’enlever le pétrole restant dans l’épave du Manolis L., mais elle estime que le prix dépassera les 6 millions $.

Une analyse menée durant l’été a conclu qu’entre 113 et 150 tonnes de pétrole se trouvent toujours dans l’épave.

À l’origine, le Manolis L. transportait plus de 500 tonnes d’hydrocarbures, a affirmé Mme Miller, ajoutant que la plus grande partie de la cargaison s’était perdue au moment de l’accident ou s’était écoulée au fil du temps.

L’enquête a permis de conclure que le navire se trouve dans un état stable, a dit Mme Miller. Mis à part les bris survenus au moment du naufrage, aucun autre dommage important ne devrait causer une détérioration rapide de la coque, a précisé la directrice régionale de la Garde côtière.

Aucun échéancier n’a été établi pour la récupération du pétrole. En attendant le début des opérations, la Garde côtière canadienne continuera à surveiller le navire par voies marine et aérienne.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!