OTTAWA — La suggestion de légaliser les vaporisateurs de gaz poivré comme outils de défense pour les femmes est «offensante», proteste la ministre fédérale de la Condition féminine, Patty Hajdu.

Cette proposition émane de la candidate à la chefferie conservatrice Kellie Leitch, elle-même ancienne ministre de la Condition féminine.

L’idée est «irréaliste et offensante pour les femmes à travers le pays», a dénoncé vendredi Patty Hajdu dans une déclaration écrite transmise par son bureau.

«Son approche malavisée fait porter aux femmes le fardeau de se défendre elles-mêmes plutôt que de se concentrer sur les moyens de prévenir la violence sexiste», a-elle ajouté.

Cela n’a toutefois rien d’«étonnant puisque Mme Leitch et l’ancien gouvernement conservateur ont eu 10 ans pour s’attaquer à la violence à l’égard des femmes et qu’ils ont échoué à le faire», a fait valoir Mme Hajdu.

La députée conservatrice de l’Ontario a promis jeudi que si elle était élue première ministre du Canada, elle modifierait le Code criminel pour légaliser la possession des vaporisateurs de gaz poivré et leur utilisation comme outils de légitime défense.

Vendredi, sur Twitter, elle a commenté la réaction de sa successeure à la barre du ministère de la Condition féminine.

«Une femme devrait-elle crier ‘stratégie fédérale de la violence sexiste’ si elle est attaquée? Je pense qu’elle devrait utiliser des vaporisateurs de gaz poivré», a écrit Mme Leitch à Mme Hajdu.

Peu connue du public, la députée conservatrice s’est fait remarquer depuis son arrivée dans la course conservatrice en suggérant un «filtrage des valeurs anticanadiennes» chez les immigrants et, plus récemment, en promettant de «démantaler» CBC/Radio-Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!