Un ancien soldat canadien détenu en Irak est en bonne santé et les responsables à l’ambassade du Canada s’affairent à obtenir sa libération, a confirmé, lundi, la ministre fédérale et députée terre-neuvienne Judy Foote.

Mme Foote a parlé à la mère de Mike Kennedy à Terre-Neuve-et-Labrador, lundi, a indiqué sa porte-parole Jessica Turner.

Kay Kennedy a affirmé à la station de radio VOCM que son fils avait été arrêté à Irbil, dans le nord de l’Irak, alors qu’il participait à ce qu’elle a qualifié de mission humanitaire.

Mme Kennedy, de St. Vincent, à Terre-Neuve-et-Labrador, a raconté qu’elle parlait avec son fils Mike, mardi soir, lorsqu’elle a réalisé que quelque chose n’allait pas. Elle a expliqué qu’il n’avait pas son humeur joyeuse habituelle et qu’il avait brusquement raccroché.

La dame a ajouté qu’elle n’avait pas eu de nouvelles de son fils depuis cette conversation, mais qu’un de ses amis avait confirmé par message texte depuis le nord de l’Irak que son fils avait été arrêté après être rentré d’une mission dans le nord de la Syrie.

Mme Kennedy a précisé qu’il aurait apparemment eu des problèmes avec certains de ses documents, qui seraient peut-être échus. Elle a dit avoir cru avec certitude que le visa de son fils n’expirait pas avant janvier.

Kay Kennedy disait avoir été en contact avec la députée libérale terre-neuvienne Judy Foote, qui a communiqué avec Affaires mondiales Canada.

Ce n’est pas la première fois que Mme Kennedy vit l’anxiété reliée au fait de savoir l’un de ses fils en zone de guerre.

Le 8 avril 2007, son fils Kevin a été l’un des six soldats tués en Afghanistan par une bombe en bordure de route ayant frappé leur véhicule blindé léger. Les six soldats faisaient partie du 2e bataillon du Régiment royal canadien établi à la base Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

«Ce n’est pas facile, particulièrement après avoir perdu un fils en 2007 en Afghanistan, a-t-elle confié. Je ne dors pas, je fais les cent pas. Je suis forte. Je ne suis pas en train de m’écrouler… Je fais ce que je dois faire pour faire sortir mon fils de là.»

Affaires mondiales Canada a indiqué à La Presse canadienne être au courant de la détention d’un citoyen canadien en Irak, et la porte-parole Kristine Racicot a confirmé par courriel que les responsables canadiens fournissaient une aide consulaire et étaient en contact avec les autorités locales.

Néanmoins, Mme Racicot a affirmé ne pas pouvoir dévoiler plus de détails pour des questions de protection de la vie privée.

La porte-parole a ajouté qu’Affaires mondiales Canada déconseillait les déplacements non essentiels en Irak, incluant dans les provinces sous le contrôle du gouvernement régional kurde dans le nord du pays.

Mike Kennedy ferait partie des centaines de bénévoles étrangers, incluant d’autres Canadiens, qui apportent leur aide aux forces kurdes en combat dans le secteur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!