THE CANADIAN PRESS Karen Casey, ministre de l'Éducation de la Nouvelle-Écosse.

HALIFAX — Les écoles publiques de la Nouvelle-Écosse rouvriront mardi, le gouvernement de la province ayant été rassuré quant à la sécurité des élèves pendant que les enseignants mènent une grève du zèle.

Le gouvernement libéral de la province avait suspendu les classes pour la journée de lundi, alors que le syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse lançait une grève après la rupture des négociations.

La ministre de l’Éducation, Karen Casey, avait prévenu, plus tôt lundi, que les écoles pourraient demeurer fermées toute la semaine.

Le gouvernement se préparait à adopter un projet de loi imposant un contrat de travail aux enseignants. Le leader parlementaire, Michel Samson, a toutefois dit aux journalistes que celui-ci avait été reporté.

Une telle mesure aurait forcé le retour au travail des quelque 9300 enseignants de la province qui ont déclenché des moyens de pression.

Puisque la ministre Casey n’était pas en mesure d’assurer la sécurité des écoliers dans les établissements en raison de ces moyens de pression, elle avait annoncé leur fermeture, dimanche.

En raison de l’échec de ses négociations avec le gouvernement, le syndicat des enseignants a demandé à ses membres de fournir le minimum des services requis, ce qui, d’après la ministre Casey, risquait de mettre en péril la sécurité des élèves.

Elle a donné en exemple la possibilité que des élèves soient abandonnés dans les cours d’école, qu’il n’y ait pas de surveillance adéquate dans des salles de classe et que des élèves handicapés ne soient pas encadrés à leur arrivée à l’école.

La décision de la ministre n’a laissé que quelques heures à des milliers de parents pour trouver des moyens de faire garder leurs enfants lundi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!