Facebook Mélina Roberge (à gauche) et Isabelle Lagacé (à droite)

La cause de Mélina Roberge, originaire de Granby, et Isabelle Lagacé, de Longueuil, sera de retour à la cour criminelle de Sydney, en Australie, ce soir (heure locale du Québec).

Le dossier est inscrit sur le rôle du palais de justice australien à 9h30, le 7 décembre. En raison des 16 heures de décalage horaire avec le Québec, la cause des deux jeunes femmes procédera en soirée du 6 décembre, heure du Québec, ou dans la nuit. Le juge L. Mabbutt, de la cour criminelle locale de Sydney, doit entendre l’affaire.

La comparution devrait être brève puisqu’il s’agit simplement d’une «mention». À cette étape, le tribunal traite généralement de procédures diverses reliées à la cause.

Il est prévu que les deux jeunes femmes soient de retour en cour la semaine prochaine pour subir l’équivalent canadien de l’enquête préliminaire. À ce moment, la Couronne devra présenter sa preuve au juge. Celui-ci devra alors statuer si la preuve est suffisante pour justifier la tenue d’un procès.

Soulignons qu’à ce jour, aucun plaidoyer n’a été enregistré par Mélina Roberge et Isabelle Lagacé.

30 M$ de cocaïne
Les deux Québécoises, ainsi que leur complice André Tamine, ont été arrêtés au port de Sydney, en Australie, le 28 août dernier.

Les autorités australiennes ont découvert une importante quantité de drogue dans les valises du trio.

La fouille du paquebot, effectuée avec l’aide de chiens dépisteurs, a permis de découvrir 95 kilos de cocaïne, d’une valeur de 30 millions de dollars.

Le trio composé d’André Tamine, 64 ans, Mélina Roberge, 23 ans, et d’Isabelle Lagacé, 28 ans, a été formellement accusé d’importation commerciale de cocaïne. Soulignons qu’en Australie, la peine maximale pour cette infraction est l’emprisonnement à vie.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!