OTTAWA — Le fédéral échoue depuis des années à financer adéquatement les écoles autochtones, dont le fonctionnement comporte des coûts plus élevés que ceux des écoles des réseaux scolaires des provinces, estime le directeur parlementaire du budget (DPB) dans un nouveau rapport rendu public mardi.

Les élèves issus de communautés des Premières Nations sont donc désavantagés par rapport à leurs comparses qui étudient dans des écoles provinciales, souligne le directeur.

L’écart entre le financement accordé aux établissements scolaires de réserves autochtones et celui des écoles des réseaux provinciaux s’élevait à 595 millions $ en 2012-2013, note-t-il. Cette différence pourrait se creuser davantage pour l’exercice financier en cours, prévient-il, pour atteindre 665 millions $.

Le rapport relève qu’en Ontario, les écoles administrées par les conseils de bande ont reçu un financement par élève de 14 500 $ du fédéral pour 2012-2013. Si ces établissements avaient été subventionnés selon la formule du gouvernement de la province, les sommes se seraient plutôt élevées entre 21 000 $ et 25 000 $.

Le DPB attribue un tel écart de financement à l’échec d’Ottawa d’offrir suffisamment de soutien financier aux écoles des Premières Nations. Ces dernières doivent composer avec des dépenses plus élevées en raison, notamment, de leur isolement géographique, des enjeux socio-économiques de leurs communautés et d’une plus grande demande en matière d’éducation spécialisée.

Le financement de l’éducation relève principalement de la responsabilité des provinces. Or, les écoles de réserves sont financées par le fédéral.

Le DPB croit néanmoins que la situation pourrait s’améliorer si le gouvernement de Justin Trudeau respecte ses engagements formulés plus tôt cette année.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!