Facebook Geoffré Samson.

Le journaliste de la station CIHO dans Charlevoix, Geoffré Samson, a perdu son boulot. La station avait mal réagi après une sortie de M. Samson au congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le 19 novembre dernier.

«Ça y est! Je ne suis plus journaliste à CIHO… Mais, je conserve ma dignité et mon intégrité! Bonne journée à tous et à toutes.», a simplement écrit l’ex-journaliste sur sa page Facebook.

Contacté par TC Media Nouvelles, M. Samson a souhaité consulter son avocat avant de commenter publiquement son congédiement.

Le journaliste avait fait part de ses inquiétudes au cours des dernières semaines. «Je suis sûr que mon employeur cherche des éléments pour me congédier», avait-il raconté.

À la station CIHO de Charlevoix, le directeur de l’information, Louis Vignola, a affirmé ne pas pouvoir commenter le congédiement de son journaliste puisqu’il s’agit d’un dossier de ressources humaines. «C’est un dossier de nature privée. Nous avons remis à M. Samson une lettre expliquant son congédiement. S’il est d’accord à ce que vous la voyiez, nous pourrions vous la transmettre pour des fins de consultation seulement», a-t-il brièvement expliqué.

Il n’est donc pas possible de connaître à l’heure actuelle les détails du renvoi du journaliste. Geoffré Samson était à l’embauche de CIHO depuis le 8 août.

Rappel des faits

Geoffré Samson s’était présenté au micro d’un atelier sur le «spin» politique pour poser une question lors du congrès de la FPJQ le 18 novembre. Sur Twitter, des journalistes rapportaient que M. Samson avait déclaré subir de la pression pour diffuser des communiqués de presse de la députée locale, Caroline Simard.

Contacté par TC Media Nouvelles, M. Samson avait expliqué que «le seul lien que j’ai fait avec Caroline Simard, c’est qu’elle a remporté ses élections face à Pauline Marois, pour qui Claude Villeneuve [qui participait à l’atelier] a travaillé conjointement. J’ai demandé à M. Villeneuve s’il nuançait son communiqué de presse dans Charlevoix pour la ministre car il était en région. J’ai ajouté que parfois je me sentais un messager plutôt qu’un journaliste. En aucun temps je n’ai parlé de pression du bureau de Caroline Simard.»

Entre temps, la station CIHO avait publié un message Facebook se dissociant des propos de son journaliste, pour ensuite le retirer: «CIHO FM se dissocie complètement des propos de son journaliste, Geoffré Samson, présent au Congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, affirmant que le bureau de la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, le menace ou lui refuse des entrevues s’il déroge de leurs communiqués de presse. Peu importe si ces propos ont été mal interprétés, CIHO FM offre ses excuses formelles et sincères à la députée et à son équipe. Le journaliste sera tenu de garder le silence radio le temps de rencontrer la direction de la station et d’effectuer les recherches nécessaires à savoir s’il a été mal cité ou non.»

Deux jours plus tard, la station publiait un communiqué avec la signature de M. Samson, disant vouloir passer à autre chose. «La direction de CIHO se devait de se dissocier de ces propos tels que véhiculés dans ces communications, puisqu’ils ne reflétaient pas la réalité de la salle des nouvelles, incluant celle de Geoffré Samson selon ce qu’il nous a confirmé peu de temps avant. Le retrait des excuses à la députée sur Facebook a été fait afin de calmer le jeu et se donner le temps de s’expliquer en équipe», était-il écrit.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!