THE CANADIAN PRESS Harjit Sajjan.

OTTAWA — Il faudra attendre à l’an prochain avant de savoir dans quels pays seront déployées les troupes canadiennes d’appui aux opérations de paix.

C’est ce qu’a indiqué mardi le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, qui affirmait pourtant encore la semaine dernière que le plan libéral serait annoncé d’ici la fin de l’année 2016.

«Nous voulons être certains de réussir notre coup. C’est une décision très importante comme pays d’envoyer des troupes à l’étranger», a-t-il exposé dans le foyer des Communes.

Le ministre a également justifié ce délai dans l’annonce du plan du Canada par le «changement de leadership aux Nations unies».

Il a tenu à souligner que le gouvernement libéral avait déjà accompli «beaucoup de travail» de planification en vue du déploiement de militaires canadiens.

«Mais il reste encore du travail à faire sur le plan de la coordination et de la synchronisation des efforts au sein du gouvernement et avec nos alliés internationaux», a plaidé M. Sajjan.

Dans le cadre de son «réengagement» sur la scène internationale, le gouvernement libéral a promis en août dernier d’envoyer jusqu’à 600 soldats et 150 policiers en mission d’appui à la paix.

D’éventuelles contributions canadiennes aux opérations au Mali, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo sont souvent évoquées.

Les partis de l’opposition réclament à l’unanimité un débat et un vote avant tout déploiement.

Pendant la période des questions en Chambre, mardi après-midi, le député conservateur Pierre Paul-Hus a invité les libéraux à suivre l’exemple des Pays-Bas.

Avant d’envoyer ses troupes au Mali, en 2013, le gouvernement néerlandais avait déposé au Parlement un rapport de 14 pages détaillant la durée et l’ampleur de la mission ainsi que les risques associés.

«Monsieur le président, le gouvernement pourrait s’inspirer de l’exemple hollandais avant d’envoyer nos soldats sur le théâtre d’opérations le plus dangereux de l’ONU. Plus de 106 Casques bleus ont perdu la vie au Mali», a fait valoir M. Paul-Hus.

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, lui a répondu que le gouvernement libéral présenterait son plan «avec toute la transparence nécessaire, car il s’agit d’une décision importante qui honorera le rôle que le Canada doit jouer dans le monde pour la paix».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!