Isabelle Bergeron/TC Media

OTTAWA — L’éventuelle indexation de la principale prestation pour enfants coûterait plusieurs milliards de dollars supplémentaires, a indiqué mercredi le directeur parlementaire du budget.

Le gouvernement de Justin Trudeau compte seulement indexer l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) en 2020, soit l’année suivant le prochain scrutin fédéral.

Cette allocation a remplacé trois mesures du précédent gouvernement conservateur: la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE), versement mensuel non indexé et imposable; une prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE); et un supplément de la prestation nationale pour enfants (SPNE), deux mesures indexées.

Le directeur parlementaire du budget (DPB), chargé de fournir des prévisions et des analyses de la situation financière du pays, estime que de 2020 à 2026, une indexation de l’ACE coûterait près de 22,3 milliards $ de plus.

La prestation mensuelle dépend des revenus nets, du nombre d’enfants et de leur âge. Elle peut s’élever jusqu’à 6400 $ pour les enfants de moins de six ans dont la famille engrange moins de 30 000 $ annuellement. Le gouvernement affirme qu’un ménage moyen touche ainsi 2300 $ par enfant.

Cette année, près de 3,6 millions de familles sont admissibles à cette allocation non imposable, mais ce nombre devrait s’abaisser à 3,4 millions d’ici 2012.

L’Allocation, qui est entrée en vigueur en juillet dernier, devrait coûter 22,4 milliards $ en 2017 — la première année complète de sa mise en oeuvre.

D’ici 2019, ce montant doit chuter pour s’établir à 21,5 milliards $ alors que plusieurs foyers doivent franchir des seuils supérieurs de revenu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!