Jeff McIntosh / La Presse Canadienne Jason Kenney.

EDMONTON — Les deux partis de droite de l’Alberta semblent prêts à croiser le fer à nouveau en 2017, mais une toute nouvelle formation pourrait émerger de cet affrontement.

Les progressistes conservateurs, qui doivent élire un nouveau chef le 18 mars prochain, sont déchirés face à une éventuelle fusion avec le Wildrose.

Le Wildrose, jugé plus à droite, est également divisé à l’idée de cette alliance avec son rival de longue date. Le débat a néanmoins permis au parti de revenir au premier plan de l’échiquier politique.

Deux ans plus tôt, l’ex-chef Danielle Smith avait amorcé une vague de migration vers les progressistes-conservateurs, qui étaient alors au pouvoir sous Jim Prentice.

Depuis le plus récent scrutin, ces rôles sont pratiquement inversés. Les progressistes-conservateurs sont réduits au statut de tiers parti, tandis que le Wildrose incarne l’opposition officielle.

Du côté des progressistes-conservateurs, l’ex-député fédéral Jason Kenney polarise la course à la direction avec sa proposition d’unifier la droite sous une même bannière. Il argue que la division du vote a permis aux néo-démocrates de Rachel Notley d’accéder au pouvoir — ce qui, selon lui, ne peut pas se reproduire.

Le chef intérimaire Ric McIver estime que la décision revient aux membres, qui auront l’occasion de se prononcer par l’entremise de la course à l’investiture.

Face à l’idée d’une fusion, le chef du Wildrose, Brian Jean, adopte pour sa part une approche plutôt passive, mais son porte-parole en matière de Finances milite activement en ce sens. Derek Fildebrandt s’est même dit prêt à risquer sa carrière politique pour que cette union voie le jour.

M. Jean a souligné qu’il avait fallu plusieurs années au premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, pour qu’il prenne le pouvoir avec le Parti saskatchewanais, qui était formé d’une coalition de conservateurs et de libéraux.

«Nous n’avons pas dix ans. Nous devons nous assurer que le NPD soit arrêté dès la prochaine élection», a-t-il déclaré.

Il rapporte que le Wildrose a atteint des nouveaux sommets d’adhésion et de participation à ses rassemblements au cours des six derniers mois.

«Ils nous ont vu renaître de nos cendres comme un phénix et revenir en tant qu’un bien meilleur parti, un parti qui reflète vraiment les Albertains», a-t-il lancé.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!