OTTAWA — Un tiers des automobilistes canadiens ont texté à un feu rouge au cours du dernier mois selon un sondage publié mercredi par l’Association canadienne des automobilistes (CAA).

L’organisme regroupant neuf clubs d’automobilistes signale qu’il a pourtant été démontré qu’une personne peut demeurer déconcentrée de sa conduite jusqu’à 27 secondes après avoir utilisé son cellulaire. Il s’agit d’un délai beaucoup plus long qu’il n’en prend pour traverser une intersection.

D’autre part, l’Association canadienne des automobilistes signale que même si près de 70 pour cent des Canadiens affirment qu’il est inacceptable d’utiliser un cellulaire à un feu rouge, bon nombre de personnes le font quand même.

Jeff Walker, vice-président aux affaires publiques de la CAA, soutient que s’il est socialement inacceptable de nos jours de conduire en état d’ébriété, les gens doivent en arriver au même jugement avec les messages textes.

Le sondage a été mené auprès de 2012 Canadiens; sa marge d’erreur est de plus ou moins 2,2 pour cent, 19 fois sur 20.

La porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier, souligne que le cellulaire est «omniprésent» dans notre quotidien et que puisque son usage au volant n’a pas été immédiatement encadré, il est maintenant difficile de s’en départir.

«Les gens pensent souvent que, parce qu’on est arrêté, on ne contrevient pas à la loi, a-t-elle soutenu. Mais ce n’est pas le cas.»

«La SAAQ a été très, très claire, les corps policiers sont très très clairs sur la règle: du moment qu’un véhicule est en marche, on ne peut pas tenir dans sa main un téléphone cellulaire», a-t-elle martelé, en entrevue avec La Presse canadienne.

«Conduire demande une vigilance à tous les instants», a-t-elle insisté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!