QUÉBEC — Les échographies pratiquées par des radiologistes dans des cliniques médicales privées seront désormais gratuites, puisqu’elles seront couvertes par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en a fait l’annonce jeudi par voie de communiqué.

Il soutient que cette mesure permettra d’augmenter l’accessibilité à ces examens médicaux et à accroître la rapidité de la prise en charge des patients.

Or, l’Association des radiologistes du Québec n’est toujours pas parvenue à une entente avec le gouvernement provincial en ce sens.

Son président, le docteur Vincent Oliva, juge cette transition trop brusque.

Soulignant que les hôpitaux sont dotés de cinq fois plus d’appareils échographiques que le réseau privé, il fait état d’une «capacité excédentaire» qui aurait pu être exploitée dans le cadre d’un réajustement ordonné.

«Je peux vous dire qu’il y a beaucoup de radiologistes qui sont réticents à embarquer dans ce service-là», a-t-il exposé en entrevue avec La Presse canadienne.

Il signale que les technologues manquent à l’appel et craint qu’ils ne désertent le réseau hospitalier.

«La gratuité, c’est certainement une bonne chose. Mais ce qu’on dit depuis le début, c’est qu’il faut que ça se fasse de façon progressive, a-t-il poursuivi. C’est un peu un choc au système et ce n’est pas évident du tout que les cliniques au privé vont pouvoir répondre à cette demande-là.»

«En gros, le ministre (de la Santé) veut de l’accessibilité, mais en regardant ça, on se dit qu’il veut de la médecine  »fast-food »», a-t-il déploré.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus