Andrew Vaughan Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Des milliers de Canadiens ont bravé les eaux froides, dimanche, dans le cadre de la traditionnelle «baignade de l’ours polaire» du Nouvel An.

L’événement, souvent caritatif, se tient le 1er janvier dans plusieurs villes du pays, dont Vancouver, Toronto, Halifax et Charlottetown.

Fuseaux horaires obligent, les premiers courageux à se jeter à l’eau l’ont fait sur la côte est.

Ainsi, l’octogénaire Arnie Ross a sauté dans les eaux frisquettes d’Herring Cove, en Nouvelle-Écosse. Il s’agissait de sa 21e participation à la traditionnelle «baignade de l’ours polaire» du Nouvel An. Quelque 260 courageux l’ont suivi dans les eaux glacées, un record pour Herring Cove, qui organise cette baignade depuis 1994.

À Charlottetown, les vents violents poussaient la glace vers la rive, ce qui a obligé les participants à improviser laborieusement leur «entrée à l’eau».

À Toronto, des centaines de participants peu frileux ont sauté dans le lac Ontario, comme Cait Caulfield, qui est rapidement sortie de l’eau pour s’emmitoufler dans une couverture de secours. Elle n’aura jamais eu aussi froid mais elle soutient que la décharge d’adrénaline en valait le coup. Elle promet de remettre ça l’an prochain, en traînant quelques amis.

La tradition devait aussi se répéter plus tard dimanche sur la côte ouest. L’an dernier, plus de 2000 «courageux» ont participé à cette baignade à Vancouver, considérée comme la plus ancienne et la plus courue au pays.

Les organisateurs conseillent fortement aux gens souffrant de problèmes cardiaques de ne pas tenter l’exploit.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!