Métro

MONTRÉAL — La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) se réjouit qu’à partir de ce 1er janvier, le taux de la cotisation relative aux normes du travail de la Commission des normes, de l’équité et de la santé et sécurité du travail (CNESST) passe de 0,08 pour cent à 0,07 pour cent de la masse salariale des employeurs.

Selon la FCEI, cette décision représentera des économies récurrentes de quelque 9 millions $ annuellement pour les employeurs.

Selon la vice-présidente de la Fédération, Martine Hébert, cette baisse peut paraître modeste, mais ce n’est pas le cas lorsqu’on considère que les employeurs, via des cotisations sur la masse salariale versée aux travailleurs, financent aussi à 100 pour cent le régime de santé et sécurité du travail ainsi que l’équité salariale, dont ils ont également hérité de la facture lors de la création de la Commission.

Mme Hébert répète par ailleurs que la fiscalité québécoise est lourde pour les PME, notamment en raison des taxes sur la masse salariale qui sont environ 40 pour cent plus élevées que dans le reste du Canada. Elle souhaite que le gouvernement continuera à alléger le fardeau fiscal des PME, afin d’encourager la croissance économique et la création d’emplois.

Quant au salaire minimum à 15 $ l’heure exigé par plusieurs groupes et syndicats, la FCEI estime qu’une telle hausse serait néfaste. Elle propose plutôt des allégements fiscaux pour les petits salariés.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!