THE CANADIAN PRESS Marie Lemay.

OTTAWA — Il est peu probable qu’une seule personne soit tenue responsable des déboires survenus avec le système de paie Phénix, a indiqué une responsable du gouvernement fédéral en conférence de presse, mercredi.

Les coûts visant à pallier les ratés du système de paie risquent également de continuer à se faire sentir dans la prochaine année financière qui débute le 1er avril, a dit la sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada, Marie Lemay.

Le ministère fait toujours face à environ 8000 cas de retard dans le paiement des salaires d’employés de la fonction publique. Ceux-ci ont été confrontés à des problèmes relatifs à leur paie, certains ayant été trop ou pas suffisamment rémunérés, d’autres n’ayant pas été payés du tout.

Environ 5000 des cas problématiques ont été partiellement résolus, mais pas entièrement, a affirmé Mme Lemay.

Si des ressources ont été mobilisées dans le but de résoudre l’impasse, le gouvernement fédéral n’a pas réussi à respecter son délai de 20 jours pour tout nouveau changement ou nouvelle demande liés à la paie, a noté la sous-ministre. Celle-ci s’est retrouvée à l’avant-plan de cette crise dans laquelle est plongé le ministère depuis l’été dernier, quand quelque 82 000 cas de retard avaient été constatés.

Bon nombre des dossiers qui restent à être résolus sont «compliqués», a fait valoir Mme Lemay, précisant que certains cas demandent une journée entière d’attention et parfois plus, en moyenne, pour être solutionnés.

Ainsi, deux mois et demi supplémentaires seraient nécessaires pour tourner la page sur les problèmes de Phénix.

«C’est très frustrant», a lancé le vice-président exécutif national de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Chris Aylward. L’organisation représente la majorité des fonctionnaires fédéraux.

«Dans les 48 dernières heures, j’ai continué de recevoir des courriels concernant des personnes qui n’ont pas reçu une paie adéquate», a-t-il ajouté.

La sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada a par ailleurs indiqué que le Conseil du Trésor prendra les commandes de l’enquête sur les défaillances du système Phénix. Ce dernier avait été implanté au début de l’an dernier dans le but de remplacer le vieux système de paie sur papier et, du même coup, de faire des économies.

«Dans de tels projets, et particulièrement avec une organisation comme la nôtre, lorsque vous avez l’équivalent de 100 entreprises qui mettent en place un système (…) il y aura (…) plusieurs points de faille», a dit Mme Lemay.

«Si l’espoir est de trouver une seule personne (responsable), je ne pense pas que c’est ce qui va se produire», a-t-elle prévenu.

Le Bureau du vérificateur général mènera sa propre enquête indépendante sur les ratés de Phénix, a ajouté la sous-ministre.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus