OTTAWA — Un grand chef autochtone du nord de l’Ontario appelle de nouveau le gouvernement fédéral à lancer une stratégie nationale pour faire face à la vague de suicides chez les jeunes des Premières Nations, après la mort de deux adolescentes de 12 ans dans une communauté isolée de la région.

Les deux jeunes filles qui se sont enlevé la vie vivaient à Wapekeka, une petite communauté d’environ 360 personnes située à 600 kilomètres au nord de Thunder Bay.

Le grand chef de la nation Nishnawbe-aski, Alvin Fiddler, dont l’organisation représente 49 communautés autochtones de l’Ontario, souhaite que le gouvernement fédéral élabore avec la province un plan d’intervention d’urgence pour faire face aux problèmes touchant les Premières Nations.

Le chef avait lancé un appel similaire en janvier dernier, alors qu’il recommandait le déploiement d’une équipe spéciale d’intervention dans d’autres communautés touchées par une vague de suicides comme celle d’Attawapiskat.

De jeunes Autochtones sont transportés à l’extérieur de leur communauté en raison des inquiétudes entourant leur santé mentale, a déploré M. Fiddler.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, n’a pas encore commenté publiquement les suicides survenus à Wapekeka.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!