WASHINGTON — L’administration du président Donald Trump a confirmé, mardi, que les détenteurs d’un passeport canadien pourront se rendre aux États-Unis sans problème, après des jours de confusion suscitée par des messages contradictoires au sujet des répercussions qu’aura l’interdiction d’entrée en sol américain imposée aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Quatre jours après l’annonce du décret, l’administration américaine a fait la lumière sur la question lors d’une première conférence de presse détaillée, précisant qui est autorisé à entrer aux États-Unis et qui ne l’est pas — du moins jusqu’à ce que la mesure soit révisée dans quelques mois.

Les responsables américains ont donc confirmé publiquement ce qu’ils avaient déjà indiqué en privé au gouvernement canadien: les citoyens de pays non touchés par le décret — y compris ceux qui ont une double nationalité — ne sont pas concernés.

La question s’est posée pour les quelque 35 000 Canadiens qui ont également la nationalité d’un des sept pays visés par l’interdiction d’entrée aux États-Unis. Certains d’entre eux peuvent avoir un travail, une famille ou une résidence en territoire américain.

Le ministre canadien de l’Immigration, Ahmed Hussen, avait déjà déclaré que la Maison-Blanche avait donné l’assurance que les Canadiens titulaires d’une double nationalité et les résidents permanents munis d’une carte de séjour valide et d’un passeport de leur pays d’origine ne seraient pas renvoyés à la frontière américaine.

«Les voyageurs seront examinés à notre frontière en fonction du passeport qu’ils présentent — et non d’un quelconque statut de double nationalité, a assuré mardi un responsable de l’agence de protection des douanes et des frontières, Kevin McAleenan. Donc si vous êtes citoyen du Royaume-Uni, vous présentez votre passeport du Royaume-Uni.»

«Le décret ne s’applique pas à vous», a-t-il résumé.

M. McAleenan a fait ces remarques aux côtés de son patron, le nouveau secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly, qui a précisé que la mesure sera mise en application de façon humaine.

Des informations contradictoires ayant circulé au cours des derniers jours ont semé la confusion, alors que le département d’État rapportait que le décret s’appliquerait à ceux qui ont une double nationalité. Des responsables laissaient par ailleurs entendre que l’interdiction pourrait aussi toucher des résidents permanents américains.

La mesure controversée adoptée vendredi par la Maison-Blanche a entraîné de nombreuses manifestations dans les aéroports américains, où des centaines de voyageurs ont été retenus. M. McAleenan a indiqué qu’environ 721 personnes avaient été empêchées de monter à bord d’avions à destination des États-Unis parmi quelque 500 000 voyageurs non américains.

Le décret s’applique toutefois aux visiteurs qui détiennent un permis de séjour temporaire. Ces derniers ne pourront monter à bord de vols à destination des États-Unis et des représentants du département d’État se chargeront de leur donner des instructions supplémentaires.

La mesure pourrait être temporaire et sera réévaluée dans quelques mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!