Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne Jody Wilson-Raybould

OTTAWA — Le bureau de la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, affirme que le gouvernement fédéral ne prévoit pas modifier la loi pour criminaliser la stérilisation forcée.

Des chefs autochtones réunis jeudi à Ottawa dans le cadre de l’assemblée extraordinaire de l’Assemblée des Premières Nations ont demandé au gouvernement de modifier le Code criminel à la suite d’une résolution adoptée par l’organisation cet été.

La résolution réclamait une sensibilisation accrue, des efforts pour mettre fin à la pratique et un soutien pour les victimes en quête de réparation.

Le bureau de Mme Wilson-Raybould a déclaré que le gouvernement adoptait une «approche de santé publique» à ce sujet, et que les dispositions existantes du Code criminel visaient déjà à englober toute une gamme de comportements criminels, incluant celui de forcer une personne à subir une stérilisation non souhaitée.

Alisa Lombard, une avocate à la tête d’une demande d’action collective initiée par des femmes autochtones qui affirment avoir subi des stérilisations forcées, a déclaré qu’une modification du droit pénal serait une mesure concrète que le gouvernement fédéral pourrait prendre pour décourager cette pratique.

En novembre, un rapporteur des Nations unies a déclaré que la stérilisation forcée devait être considérée comme une forme de torture et a invité le Canada à envisager des dispositions pénales spécifiques à ce sujet.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!