Collaboration spéciale/Gaëtan Dussault Léquipe féminin d'Ultimate frisbee Iris bien résisté face aux Brutes de Boston au début de la première demie. Il a fallu plusieurs possessions avant qu’une des deux équipes marque un premier point.

Un demi-millier de partisans et d’amateurs d’Ultimate frisbee ont assisté au dernier match de l’année pour l’Iris du Québec. L’équipe senior a affronté les championnes américaines, les Brutes de Boston, devant une foule énergique, le 15 octobre dernier, au complexe Claude-Robillard, à Ahuntsic.

Même si l’Iris n’avait pas encore battu les Brutes, cette saison, les joueuses croyaient en leur chance de remporter leur première victoire. Toutefois, c’était sans compter la ténacité et le savoir-faire de leurs adversaires.

«Nous avons commencé en force, mais les joueuses étaient très nerveuses. Elles ne sont pas habituées de jouer devant une aussi grande foule», souligne l’entraîneur-chef, Mathieu Bordeleau.

En effet, l’Iris a montré une bonne résistance aux Brutes au début de la première demie alors qu’il a fallu plusieurs possessions avant qu’une des deux équipes marque un premier point.
Lorsque l’équipe bostonnaise s’est inscrite pour la première fois au tableau, celle-ci n’a jamais arrêté jusqu’à la ligne d’arrivée, partant ainsi avec la victoire. Les Brutes ont défait l’Iris par la marque finale de 15-6.

«Nous avons fait beaucoup d’échappés. Lorsqu’on affronte une excellente équipe comme les Brutes, nous ne pouvons pas faire autant de revirements, car elles vont nous le faire payer, et c’est ce qu’elles ont fait», indique M. Bordeleau.

Égalité de genres
Pour les organisateurs de l’événement, il était important de donner une tribune au Ultimate féminin.

«Nous avons organisé ce match hors-concours pour inspirer des femmes et filles à faire de l’activité physique. Nous voulions promouvoir l’Ultimate, mais également le sport féminin», affirme Jean-Levy Champagne, l’un des propriétaires du Royal de Montréal, organisateur de l’événement.

Une initiative qui a beaucoup plu à l’entraîneur-chef Bordeleau.

«C’est incroyable d’avoir joué devant 500 personnes. C’est plaisant pour nos filles et le sport. C’était deux équipes performantes avec des jeux athlétiques et spectaculaires. C’était une belle preuve de Gender equity et une belle façon de terminer notre saison», conclut M. Bordeleau.

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus