TC Media/Archives Les plats servis aux prisonniers de Bordeaux ne respectent pas les températures réglementaires et sont préparés dans des lieux qui laissent à désirer.

La prison de Bordeaux a dû s’acquitter de deux amendes totalisant 1750 $ en septembre pour avoir servi des aliments aux détenus qui ne respectaient pas la température règlementaire.

L’établissement de détention a fait l’objet de deux inspections a appris TC Media en vertu d’une demande d’accès à l’information. La première a eu lieu en décembre 2015 et la seconde en mars de cette année.

Les agents ont constaté que des réchauds portatifs qui permettent de transporter la nourriture aux détenus affichaient 38°C et 39°C. Or, selon les normes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les aliments doivent être gardés à une température interne à un minimum de 60°C.

En décembre 2015, les différences avec les 60°C règlementaires étaient assez importantes. Un plat de «steakette de veau» était à 39,8°C. D’autres portions sur un chariot étaient contrôlées à 38°C.

Lors de la même visite, 10 kg de boulettes de viande hachée dans un contenant étaient à 38°C.

L’inspectrice a également relevé que dans la zone de partitionnement de portions destinées aux détenus aucune vérification des températures n’était effectuée.

En mars 2016, deux repas individuels ont été vérifiés à 53,6°C et à 54°C.

Insalubrité

Les documents des inspecteurs offrent aussi une description troublante des lieux où se prépare la nourriture pour les prisonniers. Une dizaine de détenus et une autre dizaine d’employés travaillent dans les cuisines.

Les portes, les plafonds et les murs sont en mauvais état. La peinture s’écaille dans l’aire de préparation et de chauffage sous des lampes et des néons qui ne sont pas protégés si jamais ils se brisaient.

L’équipement pour la préparation est délabré. Pour le décrire, l’inspectrice allonge ainsi une série de qualificatifs: «fissuré, ébréché, craqué, usé, corrodé, rouillé.  Diverses planches à découper sont en mauvais état», note-t-elle encore.

Pour couronner la visite, elle observe des excréments de rongeurs trouvés sur des étagères et dans un entrepôt de denrées sèches.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus