Nicolas Ledain / TC Media Des citoyens, élus, médecins, membres d’organismes communautaires et responsables politiques ont participé à un rassemblement sur la place Simon-Valois.

Entre cinquante et cent personnes ont répondu à l’appel de la députée Carole Poirier pour demander à ce que des médecins s’installent dans Hochelaga-Maisonneuve. Citoyens, professionnels de la santé, responsables politiques et communautaires se mobilisent avec l’élue provinciale.

La députée péquiste avait proposé à tous ceux qui soutiennent cette demande de la rejoindre sur la place Simon-Valois lundi 16 octobre. Depuis avril dernier, Carole Poirier fait circuler une pétition pour réclamer des médecins dans sa circonscription. L’élue a recueilli plus de 8500 signatures qui seront déposées à l’Assemblée nationale mardi 17 octobre au début de la période de questions.

«Je m’attends à une forme d’engagement du ministre, je vais plaider pour avoir une commission parlementaire sur cette question. Nous ne sommes pas le seul quartier concerné, mais je veux défendre Hochelaga-Maisonneuve», précise Mme Poirier.

En 2016, le quartier Hochelaga-Maisonneuve comptait encore quinze médecins, mais avec les départs en retraite ou des changements de cliniques, ils ne seront plus que quatre en début d’année prochaine pour assurer la prise en charge de plus de 55 000 personnes.

«Le besoin est immense, c’est une population pas très nantie, très malade et très chronicisée dans ses maladies. Je tire la langue, j’en peux plus. Je travaille jusqu’à six jours par semaine», indique Ghislaine Roederer, une des médecins de ce secteur.

Cette pénurie est aussi constatée au quotidien par les organismes communautaires qui oeuvrent pour la population locale.

«Le déficit est inacceptable. Ici, l’espérance de vie est de 74 ans. À cinq kilomètres, dans Outremont, elle est de 85 ans. […] Nous sommes pas mal débrouillards dans le quartier, mais il faut vraiment qu’on nous aide», estime Roland Barbier, directeur général du centre communautaire Hochelaga.

«On se pose la question de la diversité de l’offre de santé. Ça joue dans la balance au moment de choisir un quartier. Je trouve ça inadmissible», ajoute Aissatou Sidibe, une résidente du quartier qui a participé au rassemblement.

Soutien politique
En cette période d’élection municipale, les deux partis politiques en lice dans l’arrondissement se sont aussi mobilisés derrière ce message identique lundi 16 octobre.

«Je félicite Carole Poirier d’avoir fait ce rassemblement. Il faut qu’on ait un nombre de médecins qui est adéquat, je la soutiens à 100%. C’est un dossier de quartier et il n’y a pas de place à la partisanerie sur cette question», fait valoir, Réal Ménard, le maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et candidat pour Équipe Coderre.

«On doit avoir autant de médecins qu’ailleurs. On a des enjeux de santé publique dans le quartier, on a aussi beaucoup de jeunes familles […], sans compter la population de personnes âgées qui veut rester dans Hochelaga. Ça prend un support et ça prend une clinique avec des médecins», soutient Éric Alan Caldwell, conseiller du district Hochelaga et candidat de Projet Montréal pour le poste de conseiller de ville.

Dans le secteur, 55% des patients ne bénéficient pas d’un médecin de famille. Carole Poirier plaide pour la construction d’une clinique multiservices dans Hochelaga-Maisonneuve semblable à celle d’Angus pour répondre en toute urgence à ce manque et attirer des professionnels de santé dans ce quartier délaissé.

«On va revenir ici tous les mois s’il le faut», a promis la députée provinciale.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!