Collaboration spéciale/ Yves Chartier La quincaillerie Rona de la rue Notre-Dame s'agrandit encore avec son nouvel entrepôt.

Propriétaire de quincailleries à Lachine sous plusieurs bannières à travers le temps, Yves Chartier a décidé de célébrer son 10e anniversaire avec Rona en construisant un entrepôt à matériaux de 5000 pieds carrés, adjacent à son commerce sur Notre-Dame.

Le Lachinois, quincailler depuis bientôt trois décennies, a investi un million $ pour moderniser son commerce et transformer sa cour à bois en un espace ultra-moderne où les matériaux sont rangés dans un environnement contrôlé.

« L’an passé, je cassais la glace sur mon bois pour remettre un 2 par 4 à un client. J’étais un peu gêné », raconte l’homme d’affaires.

En plus de cet entrepôt, un stationnement d’environ 10 places sera aussi désormais accessible à la clientèle, à l’arrière de la bâtisse.
« Le stationnement est un problème sur la rue Notre-Dame alors cet ajout, aussi petit soit-il, sera quand même le bienvenue. »

Rester et embaucher à Lachine
L’estimation initiale des coûts s’élevait à 250 000$, mais les règlements de la ville de Montréal ont fait en sorte qu’il a dû refaire les plans des rénovations à plusieurs reprises.

« Je serais malhonnête de dire que je n’ai pas eu de périodes où je me demandais pourquoi je m’entêtais à avoir un commerce ici. Je comprends les gens qui baissent les bras devant toutes ces démarches », avoue-t-il.

Né à Lachine, l’homme qui a vu ses enfants grandir puis s’installer dans le même patelin, a toujours refusé de s’installer ailleurs, même si la maison-mère avait parfois suggéré autrement.

« Si je ne peux pas avoir de commerce ici, je n’en veux pas. Je préconise aussi les gens de Lachine lorsque j’engage. Je vis à Lachine et je veux que Lachine vive. »

Tradition
À l’époque, Yves Chartier avait acheté l’historique quincaillerie du 650 rue Notre-Dame des mains du fils Lacroix, Andy.

« Sa plus grande préoccupation était comment son père allait survivre au changement de garde, lui qui était installé à cette adresse depuis près de 50 ans », explique-t-il.

M. Chartier a donc engagé l’homme de 85 ans. « Le bureau chef m’a même demandé s’il y avait eu une erreur dans la date de naissance! » Le vieil homme n’a donc jamais su qu’il n’était plus le patron et a continué de rentrer travailler à tous les matins, boîte à lunch à la main, jusqu’à ce que la maladie l’en empêche.

M. Chartier considère qu’il a perpétué ce que les Lacroix avaient entamé sur la rue Notre-Dame, avec une vision plus moderne de la petite quincaillerie de quartier qu’ils avaient acheté en 2006. Il espère, avec toutes ces améliorations, changer la perception des gens qui sont encore frileux à l’idée d’aller magasiner dans la basse-ville.

« Si je donne le coup d’envoi, je me dis que certains entrepreneurs vont peut-être emboîter le pas. Admettons qu’on essaierait ensemble de redonner un regain de vie à cette rue-là », conclut-il.

L’inauguration officielle se fera le 24 février avec la traditionnelle coupe de bois au lieu du ruban. Les festivités continueront jusqu’au 6 mars.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!