Steve Caron/Tc Media Les participants au projet des «Jeunes jardiniers de Montréal» prennent un soin jaloux de leurs plants, en attendant que les semis deviennent des légumes qu'ils pourront consommer.

Français, mathématiques, sciences et jardinage 101! Une fois par semaine, des élèves des écoles Armand-Lavergne et Philippe-Labarre troquent leur salle de classe pour les espaces verts du jardin communautaire P.B. Tétreaultville dans le cadre du projet d’agriculture urbaine les «Jeunes jardiniers de Montréal».

Choix des semis, plantation des légumes et fines herbes, entretien des bacs de jardinage, les 120 élèves du projet prennent un soin jaloux de leur «jardin». À un point tel, que plusieurs ont déjà prévu passer une partie de leurs vacances à jardiner.

«C’est le fun parce que c’est nous qui avons tout décidé. Durant l’été, nous aurons le droit de venir au jardin l’avant-midi pour prendre soin de nos plants. C’est sûr que nous viendrons nous en occuper, car nous avons vraiment hâte de voir les résultats», expliquent en chœur des élèves de cinquième année de l’école Armand-Lavergne qui participent au projet.

Les jeunes n’ont rien laissé au hasard. Pour s’assurer du succès de leur jardin, ils ont soigneusement choisi leurs légumes. Ils ont effectué des recherches sur Internet et beaucoup lu sur le jardinage, afin que les résultats soient à la hauteur de leurs attentes.

Ils ont également reçu des ateliers préparatoires en classe. Lors de leurs sorties au jardin, ils peuvent toujours compter sur le soutien du président du jardin communautaire P.B. Tétreaultville et instigateur du projet, André Pedneault, de même que sur deux stagiaires pour accompagner les élèves dans leurs tâches.

L’enthousiasme, le sérieux et l’assiduité des enfants, même ceux des plus jeunes de l’école Philippe-Labarre, réjouissent M. Pedneault.

«Lorsque j’ai rencontré les directions d’écoles pour leur présenter mon projet, ils ont tout de suite embarqué dans l’aventure. Je ne m’attendais pas à une telle réponse de la part des enfants. C’est vraiment super.»

Impacts positifs
Bien que non scientifiques, l’enseignante Geneviève Pellerin, de l’école Armand-Lavergne, a été à même de constater les bienfaits du projet sur ses élèves.

«Les élèves attendent impatiemment chaque semaine leur sortie au jardin. Ils sont motivés et le projet permet de rendre plusieurs apprentissages connexes concrets.

«Par exemple, en mathématiques ils appliquent les notions de périmètre, de surface et d’aire. En français, ils ont écrit des témoignages et préparé des exposés oraux en lien avec le projet. En sciences, ils ont étudié le cycle de croissance des végétaux, etc.», souligne-t-elle.

Lors de l’inauguration officielle, la pluie n’a pas ralenti l’ardeur des participants. Ils étaient fiers de pouvoir expliquer au conseiller de Tétreaultville, Richard Celzi, et au maire de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, le travail réalisé au cours des dernières semaines.

Lors de l’inauguration officielle du lopin des «Jeunes jardiniers de Montréal», il fallait entendre les participants.

«Ici, nous avons des tomates, de la laitue, de la ciboulette et même des cerises de terre. Là, nous avons semé de la capucine. La capucine est une fleur comestible que l’on peut déguster en salade», de raconter fièrement les élèves à l’intention des visiteurs.

Pour l’an prochain, M. Pedneault rêve déjà de pouvoir augmenter l’espace dédié à son projet afin d’accueillir davantage d’élèves.

«J’ai pu compter sur la participation financière de plusieurs partenaires, que je remercie pour leur soutien. S’ils sont de retour, peut-être que nous pourrons aménager de nouveaux espaces, de souhaiter M. Pedneault, car nous avons encore une portion de terrain non utilisée.»

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!