Romain Schué/TC Media Francine Metthé expose actuellement son œuvre à la bibliothèque Yves-Ryan.

Une artiste de la Rive-Nord, passionnée par l’histoire, a réalisé une œuvre, exposée à la bibliothèque Yves-Ryan, illustrant les premières familles ayant vécu dans Montréal-Nord au début du 20e siècle.

À l’étage de la bibliothèque, à proximité de la collection de souvenirs d’Yves Ryan, ex-maire de l’arrondissement durant 38 ans (1963-2001), 249 plaques de bois attachées à l’un des murs interpellent les visiteurs.

Sur chacune d’entre elles, trois à cinq lignes récapitulent le nom d’une famille, la composition du foyer et l’adresse de ces anciens résidents de Montréal-Nord, répertoriés grâce à la découverte de la première liste de recensement effectuée en 1916.

«Je l’ai trouvée par hasard», révèle Jean-Paul Guiard, président de la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord (SHGMN).

«Pour préparer le centenaire de l’arrondissement l’an passé, j’ai fouillé le grenier de l’hôtel de ville et je suis tombé sur de gros et lourds livres. À l’intérieur, j’ai vu cette liste que beaucoup de gens ne connaissaient pas.»

1244
Le nombre d’habitants à Montréal-Nord en 1916, répartis dans 249 familles et installés sur 31 rues.

Une plaque par famille
Lors d’une discussion avec Jean-Paul Guiard, Francine Metthé, ex-membre du collectif des Artistes en art visuel du nord de Montréal (AAVNM) basé à Montréal-Nord, apprend l’existence de cette liste manuscrite mentionnant la présence de 1 244 habitants dans cette ville indépendante, qui ne fusionnera avec Montréal qu’en 2002.

«J’aime l’histoire, j’aime le patrimoine et le travail de mémoire. C’est mon dada. Il fallait rendre hommage à ces gens-là pour qu’on ne les oublie pas», indique cette résidente de Sainte-Rose, également peintre à plein temps.

Cette dernière a donc réalisé 249 plaques, une par famille, mais également 27 autres affichant une photo de l’un de ces anciens nord-montréalais, grâce à l’aide de la SHGMN ou des nouvelles générations retrouvées par le biais de recherches dans les journaux de l’époque et les réseaux sociaux.

«Mieux connaître sa ville»
Sur ces plaques, quelques noms familiers ressurgissent, à l’image d’Aimé Léonard, futur maire de Montréal-Nord de 1929 à 1939, du docteur Ovide Clermont, le premier médecin de la ville, ou la famille Drapeau, qui détenait une industrie de portes et fenêtres dans le quartier.

Tous, depuis, ont apporté leur nom à l’une des rues de l’actuel arrondissement de l’île.

«C’est important pour la mémoire. On fait connaître ces personnalités, on les fait sortir de la poussière. Ça permet de mieux connaître sa ville», indique Francine Metthé.

Exposée depuis la mi-novembre à la bibliothèque Yves-Ryan, cette œuvre sera ensuite transportée pour tout le mois d’avril 2017 à la bibliothèque Henri-Bourassa.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus