Collaboration spéciale Janny Gaspard se rendra à Munich puis à Paris du 29 février au 13 mars pour deux rencontres internationales sur l'entreprenariat.

Sélectionnée pour représenter Montréal-Nord lors deux rencontres internationales sur l’entreprenariat à Munich puis à Paris du 29 février au 13 mars, Janny Gaspard, 30 ans, veut mettre en avant la jeunesse de son arrondissement.

Invitée en tant qu’entrepreneure prometteuse dans la capitale de la Bavière puis au Global Leadership and Entrepreneurship Summit en Île-de-France, la présidente de l’Aile jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie de Montréal-Nord (CCIMN) s’apprête à s’envoler avec de nombreuses ambitions en tête.

«L’idée est de créer des liens binationaux entre les différentes délégations. C’est une nouvelle opportunité, reconnaît, impatiente, la trentenaire. On va apprendre des techniques pour développer une start-up et pour vendre son business.»

Au programme de ces rencontres d’envergure auxquelles participeront 120 pays, des discussions avec des hommes d’affaires allemands, le patron des principales entreprises françaises, Pierre Gataz, des dirigeants de grandes industries, et le Président François Hollande. L’occasion, peut-être, de glisser la principale préoccupation de la native d’Haïti: la jeunesse, «que l’on n’aide pas assez», clame-t-elle.

«Il faut miser sur la relève»
«Ce sont les jeunes qui bâtissent la société, clame cette diplômée en affaires commerciales à l’université Concordia après des études en économie au Cégep Dawson. Il ne faut pas les sous-estimer ni perdre ces génies. Il faut miser sur la relève, les aider.»

«Les meilleures idées viennent des jeunes, mais ils n’ont pas toujours l’argent, explique l’aînée de cette famille de trois enfants, qui rêve d’enfiler à l’avenir des habits de diplomate internationale. Il n’est pas normal de renoncer à ces objectifs et ses rêves pour de telles raisons. L’argent ne doit pas être un obstacle.»

«Voir des jeunes réussir pousse les autres»
Fondatrice d’un réseau de jeunes professionnels en 2012 avant de rejoindre l’Aile jeunesse de la CCIMN deux ans plus tard, un organisme qui regroupe plusieurs centaines de jeunes de l’arrondissement de 18 à 40 ans, Janny Gaspard mise sur l’entraide après un premier échec personnel.

«J’ai voulu ouvrir un café à Montréal-Nord, mais ça n’a pas fonctionné. Il me manquait des ressources, des conseils. Cette Aile permet de soutenir les jeunes dans leur développement d’affaires. Souvent, en raison d’un manque d’argent ou de savoir-faire, un projet est bloqué ou abandonné. Ensemble, on se parle, se rapproche, s’épaule. Voir des jeunes réussir pousse les autres. On vit tous la même réalité et ensemble, on va de l’avant.»

Un projet de livre pour les femmes haïtiennes
À Munich puis à Paris, Janny Gaspard espère bonifier son réseau. Mais également présenter un nouveau projet personnel qu’elle compte mettre en œuvre dès son retour.

«J’aimerais écrire une série de livres pour les entrepreneurs et spécialement pour les femmes haïtiennes. Elles sont encore en retrait de la scène et n’osent pas y aller. Peut-être n’ont-elles pas cette l’audace que j’ai eue et je veux qu’elles sortent de cette coquille. J’aimerais leur donner des conseils, leur expliquer comment se lancer.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!