Chantal Levesque/Métro

Le doyen de l’École des sciences de la gestion (ESG) l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Stéphane Pallage avance que l’aide de Québec à HEC aura pour effet d’intensifier la concurrence entre les écoles de gestion à Montréal.

Dans un communiqué de presse publié mardi, M. Pallage affirme trouver «assez triste» l’octroi de fonds publics pour la construction d’un pavillon d’HEC au centre-ville allant même jusqu’à dire que cela privera de revenus l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM.

«Si HEC est en manque d’espaces, je n’aurais aucun problème à ce que le gouvernement investisse dans un nouveau pavillon sur le campus de HEC, mais pas au centre-ville, à proximité de l’ESG UQAM», fait valoir M. Pallage, qui estime qu’aucune raison académique ne justifie ce choix.

Il affirme avoir pris connaissance du projet il y a trois ans et avoir depuis signifié son opposition aux différents ministres de l’Éducation.

Le recteur de l’UQAM, Robert Proulx, trouve pour sa part préoccupant ce dossier. Il se questionne à savoir si les impacts de ce projet sur les autres universités ont bien été évalués.

«La ministre parle de bonifier l’offre de formation en gestion qui se donne en français au centre-ville de Montréal. Mais quels sont les besoins de formation et de recherche qui ne pouvaient être comblés par les établissements déjà présents au centre-ville, dont l’UQAM?», se questionne-t-il.

Les universités McGill et Concordia ainsi que la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, n’avaient pas retourné en fin de journée les demandes de TC Media.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus