TC Media/Denis Germain Les partisans sont invités à voter en ligne pour le meilleur joueur de soccer de l'année.

Les passionnés de soccer pourront mettre à profit leurs connaissances du sport dans le cadre d’un projet de recherche d’envergure internationale, dirigé par un professeur de l’Université de Montréal (UdeM). Grâce au vote des amateurs, André Blais cherche à comprendre comment les électeurs votent selon différents modes de scrutin.

Jusqu’au 13 décembre, les fans de soccer sont invités à voter, en ligne, sur le site VoteFoot pour le meilleur joueur de soccer de l’année 2016. Ils peuvent choisir parmi 30 joueurs, en nomination pour le Ballon d’Or, une récompense attribuée au meilleur joueur par le magazine France Football.

Signe que l’équipe de André Blais souhaite rejoindre un grand nombre de participants, le formulaire proposé aux internautes offre un choix de six langues soit le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien et le portugais.

«On veut avoir le plus de votes possible et le soccer est probablement le sujet qui intéresse le plus de monde sur la planète. Il y a également des passionnés de soccer dans l’équipe», observe le chercheur.

Vote
Les participants sont invités à utiliser trois modes de scrutin différents, dont celui «à un seul nom», souvent utilisé pour des élections politiques en Angleterre, aux États-Unis, et en Inde. Cette méthode vise à voter pour un seul candidat. Celui ayant obtenu le plus de notes est élu.

Les internautes pourront aussi élire le meilleur joueur par un système de points, en choisissant trois candidats et en distribuant cinq points au premier choix, trois au second et un au troisième. Celui qui recevra le plus de points remportera les élections. Ce système est utilisé pour l’élection officielle du Ballon d’Or.

Finalement, les spécialistes proposent aussi le vote par approbation qui permet à l’électeur de voter pour tous les candidats auxquels il veut apporter son soutien. Celui qui obtient le plus de votes est élu. Il s’agit d’un nouveau système.

«On veut comparer, dans quelle mesure les résultats sont les mêmes selon les différents modes de scrutin», indique le professeur au Département de science politique de l’UdeM.

Le groupe de chercheurs du projet Making Electoral Democracy Work veut également connaître l’avis des internautes quant à ce sport. Le projet rassemble des politologues, des économistes et des psychologues du Canada, d’Europe et des États-Unis.

Les résultats du projet de recherche seront dévoilés au cours des prochains mois.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus