Gracieuseté Patsy Gallant interprètera quelques-unes de ses compositions originales après la présentation du documentaire Patsy de Robbie Hart, au Théâtre Outremont dimanche.

Patsy, le long métrage documentaire réalisé par Robbie Hart sur la vie, la carrière et la musique de Patsy Gallant, sera projeté au Théâtre Outremont dimanche. L’artiste livrera ensuite quelques compositions de son cru, dont des textes qu’elle conservait secrètement depuis longtemps.

La trame narrative du film qui lui est consacré est d’ailleurs ponctuée de chansons signées par Patsy. Certaines d’entre elles remontent même à plusieurs décennies.

«Très peu de gens savent que j’écris. Je le fais depuis des années en secret, révèle d’entrée de jeu Patsy Gallant. Quand Robbie a entendu mes chansons, il n’en a pas pris une pour le film, il en a pris quatre!»

L’histoire de sa vie

Celle qui a interprété les mots des autres tout au long de son parcours ici et en France confie avoir gagné en confiance. Dans ses compositions, elle s’inspire des chapitres qui l’ont marquée, d’hier à aujourd’hui.

«Overdose de solitude par exemple, je l’ai écrite quand j’ai dû quitter mon fils. Il allait habiter chez son père pendant un an et c’était la première fois que je me séparais de lui depuis qu’il était né. J’étais seule à Paris et je réalisais à quel point il est vraiment mon ground, le seul qui me ramène à moi», raconte Patsy Gallant.

Aux paroles de How to treat a woman, pièce composée il y a une vingtaine d’années, elle a ajouté un nouveau couplet. «Je parle de la femme à travers le monde. Cette chanson était personnelle et elle est devenue universelle.»

La vérité

Dans Patsy, le documentaire de 72 minutes produit par Loaded Pictures avec la participation de Canal D, le spectateur plonge dans l’univers de la chanteuse d’origine acadienne. Interprète de plusieurs succès sur disques dans les années 1970, elle a aussi joué Stella Spotlight dans l’opéra-rock <@Ri>Starmania<@$p> de Michel Berger et Luc Plamondon, rôle qu’elle a campé pendant huit ans à Paris, de 1993 à 2001.

«Le réalisateur m’a dit «Je veux faire ce film, car il va toucher les gens et les inspirer». Je lui ai répondu que s’il réussissait à faire ça, c’était ok», indique Patsy Gallant, qui n’avait jamais envisagé un tel projet auparavant. Audacieuse, l’idée lui a plu et elle a donné le feu vert à l’équipe pour le documentaire.

«Je leur ai fait totalement confiance et je n’avais encore rien vu jusqu’à il y a trois semaines. Parce que s’ils m’avaient demandé mon avis après chacun des plans, ils n’auraient jamais fait de film!, lance-t-elle en riant. Ce n’est pas évident de se voir à l’écran… Un documentaire, c’est la vérité.»

Après une série de dates avec La tournée des idoles, le début des représentations de Noël symphonique auquel elle participe et le spectacle live qui accompagne la projection du documentaire Patsy, l’artiste de 67 ans a le cœur jeune. Sa passion pour son métier est aussi intense qu’à ses débuts. «J’ai la même énergie, rien n’a changé. C’est une vocation, c’est inné pour moi. J’adore chanter et j’ai tellement d’amour pour mon public. Ils m’a toujours ouvert les bras et ne m’a jamais oubliée.»

Le long métrage documentaire Patsy sera présenté au Théâtre Outremont ce dimanche 4 décembre, à 19h, suivi d’un spectacle de Patsy Gallant. Informations: theatreoutremont.ca, 514 495-9944.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!